0 réaction
0
réagissez !

Avantages et inconvénients de l'élection du Président de la République française au suffrage universel direct

Résumé de la fiche

Document: avantages et inconvénients de l'élection du président de la république française au suffrage universel direct, dissertation de droit constitutionnel de 6 pages

Extrait: Dans « les mémoires d'espoir » De Gaulle explique pourquoi il a entreprit la réforme de l'élection du président de la république au suffrage universel direct, il déclara : « Depuis longtemps je crois que le seul moyen est l'élection par le peuple du président de la république, celui-ci s'il était désigné par l'ensemble des français, personne d'autre n'étant dans ce cas pourrait être l'homme du pays revêtu par là aux yeux de tous et aux siens d'une responsabilité capitale correspondant justement à celle que lui attribut le texte ».

Plan: L'élection présidentielle au suffrage universel direct et la Vème république sont souvent considéré comme des éléments inséparables. L'élection du chef de l'Etat au suffrage universel direct peut-être qualifié comme un élément innovant (I). Pourtant aujourd'hui il semblerait que ce mode d'élection soit devenu au contraire un élément que l'ont peut contester (II).

[...] ) peut soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics». Cette décision du général de Gaulle provoqua de vives protestations dans le monde politique. Elle revenait à imposer une lecture présidentielle des institutions sans que les assemblées ne puissent se prononcer sur cette modification fondamentale de l’équilibre des pouvoirs. Ce sont donc les circonstances du moment, les attentats contre le chef de l'Etat qui précipitèrent la décision. Depuis plus de 40 ans le Président de la République française est élu au suffrage universel direct. [...]


[...] L’élection au suffrage universel direct rendant possible le système de la cohabitation Contrairement à tous nos voisins, l'attribution du pouvoir se fait en France, par le biais de deux élections. L'élection présidentielle bien sûr mais aussi l'élection législative qui donne au Président de la République une majorité parlementaire qui le soutient. Jusqu'à l'alternance de 1981, la concordance des deux majorités allait de soi. Il fallait élire des députés soutenant le Président et quand l'élection présidentielle arrivait, il fallait élire un Président qui disposait déjà d'une majorité de députés et ainsi de suite. [...]


[...] Ils sont devenus des «écuries présidentielles» pour certains auteurs. Leur existence ne se justifie donc que par la présentation d'un candidat. L’emprise des partis sur l'élection est favorisée par le système des parrainages des candidatures qui est de plus en plus considéré comme un élément défavorable à l’élection du Président de la République au suffrage universel car dans ce système il est certain que les partis politiques influencent un grand nombre d'élu. Cette condition qu’est le parrainage était en 1962 exercée par 100 élus et aujourd’hui par 500 élus qui regroupent les 577 députés et 331 sénateurs mais aussi 2000 conseillers régionaux et 4000 conseillers généraux ainsi que les maires des communes. [...]


[...] C'est particulièrement vrai lors des élections législatives. D'après le Dictionnaire du vote de 2001, la montée de l'extrême gauche a pu être constatée lors des municipales et cantonales de mars 2001. Si l'on en juge par les sondages, on avait remarqué avant l’élection présidentielle de 2001 que l'extrême droite (Le Pen, Mégret) et l'extrême gauche (Laguiller, Besancenot) devaient rassembler des suffrages alors que les deux grands candidats (Chirac et Jospin) tournaient chacun autour de 20 à des intentions de vote. [...]


[...] L’élection au suffrage universel ne garantissait pas le maintien d’un statut présidentiel, cela dépendait aussi des résultats des élections législatives. La cohabitation a également aidé à redessiner les contours de la fonction présidentielle. On peut dire que le Président de la République exerce en vertu de l'article 5 de la Constitution une fonction institutionnelle. Il est selon cet article le gardien de la Constitution, l'arbitre national qui préserve la continuité de l'Etat et le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que le garant de l'intégrité du territoire et de l'indépendance nationale. [...]

...
Aperçu de la fiche

Ces documents peuvent vous intéresser

Le régime parlementaire rationalise et les autres particularités constitutionnelles de la Ve...

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Cours   |  12/06/2008   |  fr   |   .doc   |   59 pages

«Droit constitutionnel, cours très complet de 77 pages. Convient aux étudiants en première année de droit comme aux élèves plus expérimentés.»

Les caractères de la République française

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Fiche   |  17/02/2009   |  fr   |   .rtf   |   5 pages

«Document: Les caractères de la République française, cours de sciences politiques de 22 pages Extrait: La conception française il y a un mélange des 2 conceptions. Du point de vu des idées, on est dans une conception libérale. Par exemple le texte de 1789 met en exergue les...»

Plus vendu(s) en droit constitutionnel

La souveraineté de l'Etat est-elle indivisible?

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Dissertation   |  29/03/2012   |  fr   |   .doc   |   3 pages

«I. Le caractère indivisible de la souveraineté de l'Etat. A. La souveraineté, élément de définition de l'Etat. B. Une souveraineté indivisible dans son principe. II. Les limites de la souveraineté. A. La souveraineté limitée par la décentralisation. B. La souveraineté limitée par la construction...»

«D'après l'article 1 de la constitution de 1791, « la souveraineté est une, indivisible, inaliénable, imprescriptible ». Cela signifie qu'elle est unique pour une collectivité considérée, pour un Etat donné; que la souveraineté est le pouvoir suprême qui n'a pas de rivaux, qu'elle ne peut pas être...»

Contrôle de conventionnalité et contrôle de constitutionnalité sous la Ve République

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Dissertation   |  11/06/2012   |  fr   |   .odt   |   5 pages

«I. Une confusion des contrôles et des juges. A. Une bipartition posée comme évidente. B. L'exercice des deux contrôles par le Conseil d'Etat et le Conseil Constitutionnel. II. Une bipartition erronée manquant de sens. A.La position ambiguë du Conseil Constitutionnel. B. L'inefficacité du juge...»

«L'article 55 de la Constitution du 4 octobre 1958 stipule : « les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie». La Constitution française...»

Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire