0 réaction
0
réagissez !

Commentaire d'arrêt 20 mars 1986 - Caron

I La délicate application de la notion de fraude à la loi
A)Extension du champ d'application de la notion de fraude à la loi à la catégorie de rattachement
B)Volonté d'échapper à la loi normalement applicable

II Importance de la sanction de la fraude à la loi 
A) Anéantissement de la situation frauduleuse créée
B)Sanction de l'inopposabilité de l'acte juridique à l'origine de la fraude
Résumé du commentaire d'arrêt

De manière générale, les règles de conflit ne doivent pas être utilisées pour écarter la loi qui aurait dû s'appliquer normalement. Cependant, ceci est possible en cas de fraude à la loi commise par un particulier. Cette fraude consiste à modifier l'élément de rattachement de la règle de conflit pour faire varier la loi applicable, pour ainsi éliminer cette fraude à la loi. C'est ce dont parle l'arrêt caron du 20 mars 1985, de la première chambre civile de la Cour de cassation.
En l'espèce, un américain d'origine française, M.caron, vivant sur le sol des Etats-Unis est décédé en 1977 laissant deux enfants de nationalité franco-américaine. Cet homme possédait des biens meubles aux Etats-Unis ainsi qu'une villa, bien immeuble, sur la Côte d'Azur, en France. Il souhaite léguer sa fortune à sa secrétaire pour ainsi évincer ses enfants à la succession, ce qu'autorisait le droit américain mais pas le droit français. Alors, concernant son bien immeuble, situé en France, il crée une société civile immobilière aux Etats-Unis dans laquelle il était seul actionnaire et à laquelle il vendit ce bien en question. Alors, dans cette société, le bien immeuble est devenu un bien meuble car il est entré dans son capital et est devenu des parts. Ainsi, cet immeuble devenu meuble n'était plus soumis à la loi française mais à la loi américaine et pouvait ainsi échapper à la réserve héréditaire. Les héritiers de cet homme saisissent le juge.
Le Tribunal de grande instance de Grasse accueille favorablement leur demande et reconnaît le caractère frauduleux de l'opération. La secrétaire fait donc appel devant la cour d'appel d'Aix en Provence qui confirma la décision de première instance. C'est pourquoi, elle forme un pourvoi en cassation.
Le pourvoi affirme que la Cour d'appel ne pouvait pas se baser sur « un ensemble du système de solution de conflits » mais seulement sur une règle de conflit. Autrement dit, la Cour d'appel ne pouvait pas passer de la règle de conflit de la lex rei sitae pour la succession immobilière à la règle de conflit désignant la loi du lieu du dernier domicile du défunt en matière mobilière. La Cour d'appel a répondu que peu importe que la règle de conflit soit unitaire ou complexe, « il suffit que cette règle soit volontairement utilisée, en modifiant un élément de rattachement, à seule fin d'éluder l'application d'une loi compétente ». Pour éviter une fraude, il est alors possible de changer la règle de conflit pour écarter une loi normalement applicable.
Il s'agit alors de se demander s'il est possible de modifier la catégorie de rattachement d'un bien pour éviter l'application normale d'une loi désignée par sa règle de conflit.
La Cour de cassation rejette le pourvoi sauf en ce qui concerne l'inopposabilité de la vente du bien aux héritiers. Ainsi, la Cour affirme la décision de la Cour d'appel en ce qu'il y a bien fraude à la loi et ne tient pas compte de la manipulation. Alors, il est possible de modifier la catégorie de rattachement du bien pour changer de loi applicable et ainsi évincer la loi américaine au profit de celle française.
Il s'agira d'étudier dans un premier temps la minutieuse application de la notion de fraude à la loi par les juges (I) pour ensuite envisager les types de sanctions qui en découlent (II).

[...] I La délicate application de la notion de fraude à la loi Le champ d’application de la notion de fraude à la loi concernant l’élément objectif s’est élargie à partir de notre arrêt à étudier du fait, peut-être, de l’intention frauduleuse caractérisant l’élément subjectif qui se développe Extension du champ d’application de la notion de fraude à la loi à la catégorie de rattachement Cette notion de fraude à la loi signifie qu’une des parties au moins cherche à tirer profit de la diversité des systèmes de conflit de lois. Cette théorie a été fondée, en jurisprudence, par l’arrêt Bauffremont de la chambre des requêtes du 18 mars 1878 par la Cour de cassation. [...]


[...] Volonté d’échapper à la loi normalement applicable L’élément subjectif de la fraude à la loi est cette volonté de changer la catégorie de rattachement pour bénéficier d’une loi plus favorable. C’est mettre tous les moyens en œuvre pour atteindre son but. Cette intention frauduleuse doit se différencier d’une technique appelée forum shopping qui, elle, est licite. En effet, ici, le particulier va choisir le tribunal qu’il souhaite en fonction des règles de conflit qu’il souhaite voir s’appliquer. C’est une manipulation des critères de compétence juridictionnelle. A la base, tout changement de l’élément de rattachement n’est pas forcément frauduleux. [...]


[...] Il faut constater l’inefficacité de la manipulation. En revanche, celle à laquelle il a voulu échapper en fraudant sera appliquée. Il va alors être appliqué la loi qui aurait dû être normalement appliquée s’il n’y avait pas eu de manipulation de la part de l’intéressé. En l’espèce, la situation voulue était la soustraction de l’immeuble au droit de réserve des enfants. La sanction a résidé dans l’application de la loi française fraudée et dans l’attribution, par conséquent, à chaque enfant de sa part réservataire dans l’immeuble. [...]


[...] En revanche, la fraude sera constituée dès lors que ce changement a été uniquement motivé par la volonté d’échapper aux dispositions de la loi compétente. Aussi, selon B.Audit, il y a fraude dès lors qu’on souhaite obtenir un résultat cherché sans accepter les conséquences plus essentielles normalement attachées à ce changement Ou encore, MM. Batiffol et Lagarde emploie la formule suivante, c’est un acte intrinsèquement licite, mais il est vicié par sa fin illicite, ce qui entraîne son inefficacité En l’espèce, l’intention frauduleuse n’est pas mise en avant dans l’arrêt. [...]


[...] Pour le fraudeur, il ne revient pas à la situation de départ car l’acte lui reste inopposable. Sanction de l’inopposabilité de l’acte juridique à l’origine de la fraude Il s’agit de savoir quelle est la sanction applicable en cas de fraude à la loi. Plus précisément, il s’agit de savoir ce que devient l’acte juridique qui a pu être passé grâce à cette fraude ou à cause de cette fraude, selon les parties. Nous pouvons penser à la nullité de l’acte ou à l’inopposabilité de l’acte. [...]

...
Aperçu du commentaire d'arrêt

Ces documents peuvent vous intéresser

Cours de droit international privé (autre version)

 Droit public & international   |  International   |  Cours   |  29/06/2008   |  fr   |   .doc   |   110 pages

«cours de droit international privé 150 pages»

Cours de droit des contrats spéciaux (autre version)

 Droit privé & contrat   |  Obligations   |  Cours   |  02/07/2008   |  fr   |   .doc   |   105 pages

«75 PAGES L'expression de contrats spéciaux n'est pas très heureuse en réalité. Nombre d'auteurs (Ms Malaurie, Aynès) considèrent que cette expression est trompeuse. Il n'existe pas des contrats généraux à côté des contrats spéciaux. Tous les contrats sont spéciaux. Ce que l'on désigne donc...»

Plus vendu(s) en droit autres branches

La jurisprudence est-elle une source de droit ? (version 2)

 Droit privé & contrat   |  Autres   |  Fiche   |  20/11/2008   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«Document: Dissertation sur le sujet: la jurisprudence est-elle une source de droit ? Extrait: Une source de droit désigne tout ce qui permet la création de l'ensemble des règles juridiques qui s'applique, les sources de droit en France sont la Constitution, les traités...»

Les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République - PFRLR

 Droit privé & contrat   |  Autres   |  Dissertation   |  10/06/2009   |  fr   |   .rtf   |   10 pages

«Document: Les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République - PFRLR, note de synthèse de 3 pages Extrait: Les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République sont des principes issus du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946. Le Préambule de...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire