0 réaction
0
réagissez !

Commentaire d'arrêt Ass. Plén. 21 décembre 2006

Résumé du commentaire d'arrêt

La rétroactivité de la jurisprudence crée potentiellement des conflits au sujet de l'application de la jurisprudence dans le temps. L'arrêt rendu le 21 décembre 2006 par l'assemblée plénière de la Cour de cassation en est l'illustration.
Le 21 décembre 2006, l'assemblée plénière de la Cour de cassation rend un arrêt de rejet concernant la demande d'une société éditrice d'un journal d'annuler la décision prise par la cour d'appel au sujet d'un article jugé comme portant atteinte à la présomption d'innocence des personnes mentionnées dans ledit article.
Le 14 février 1996, un journal publie un article relatif à une affaire judiciaire, dont l'intitulé très explicite, accuse un couple de maltraiter son bébé. La femme estime que le journal a porté atteinte au respect de sa présomption d'innocence.
Par ces motifs, la mère de l'enfant assigne, devant un tribunal de grande instance, la société éditrice du journal et son directeur de publication. Le tribunal de grande instance condamnera les défendeurs à verser une certaine somme aux parents en réparation du préjudice causé.
Contestant cette décision, la société éditrice du journal et son directeur de publication interjettent appel. Par arrêt du 6 avril 2000, la cour d'appel d'Aix-en-Provence, après avoir écarté le moyen de prescription de l'action invoqué par les appelants, a confirmé le jugement rendu par le tribunal de grande instance.
La société et son directeur de publication vont alors se pourvoir en cassation.
Leur pourvoi comporte trois moyens. Le premier d'entre eux porte sur la prescription d'action. La société éditrice du journal et son directeur de publication accusent la cour d'appel de violation de l'article 65-1 de la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse. En effet, cet article stipule que « les actions fondées sur la présomption d'innocence [] se prescriront trois mois révolus à compter du jour de l'acte de publicité. » La société éditrice du journal met en avant le fait selon lequel la mère de l'enfant, n'a fait aucun acte susceptible d'interrompre le cours de la prescription dans les trois mois impartis. Le second moyen porte sur l'atteinte à la présomption d'innocence contestée par les demandeurs en cassation. Ceux-ci reprochent à la cour d'appel la violation de l'article 9-1 du code civil ainsi que son défaut de base légale. Enfin, le troisième moyen est relatif au paiement des dommages-intérêts à la mère de l'enfant. D'une part, la société accuse la cour d'appel de violation de l'article 455 du nouveau code de procédure civile qui n'aurait pas précisé en quoi consistait la mauvaise foi dont il est question dans l'arrêt. Et d'autre part, il est reproché à la cour d'appel une fois de plus, le défaut de base légale au regard de l'article 9-1 du code civil : la cour d'appel, pour retenir la mauvaise foi des auteurs de la publication, se serait appuyée sur un motif inopérant, issu de circonstances postérieures à la parution de l'article.
L'analyse sera davantage orientée sur le premier moyen en cassation. Il s'agit ici, en effet, de choisir entre deux interprétations possibles de l'article 65-1 de la loi du 29 juillet 1881, relative à la liberté de la presse.
Lorsqu'un revirement de jurisprudence se produit, dans quelle mesure doit-il s'appliquer aux procédures engagées antérieurement ?
Dans cet arrêt, la Cour de cassation répond positivement à cette interrogation sans toutefois être en capacité d'appliquer les nouvelles modalités issues du revirement.

...
Aperçu du commentaire d'arrêt

Ces documents peuvent vous intéresser

Commentaire groupé Laskey c/. RU et KA et AD c/. Belgique

 Droit public & international   |  Libertés publiques   |  Commentaire d'arrêt   |  06/04/2011   |  fr   |   .pdf   |   21 pages

«I - L'opposition radicale des interprétations de l'article 8 de la Convention, corolaire de l'opacité originelle de sa formulation:. A) Le consentement, condition suffisante pour satisfaire à la légalité de l'exercice de la liberté sexuelle:. 1. La volonté de l'individu, élément consubstantiel de...»

«Il s'agit d'un commentaire poussé des arrêts de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (C.E.D.H), Laskey, Jaggard et Brown c/. Royaume-Uni et K.A et A.D c/. Belgique.»

Commentaire d'arrêt Civile 1ère 24 septembre 2009

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Commentaire d'arrêt   |  26/05/2011   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Une évolution jurisprudentielle favorable au préteur. A/ La justification de la restitution par un besoin pressant. B/ La confirmation de la faculté de résiliation du contrat de prêt à usage. II. Un paradoxe procédural : une injustice pour le prêteur. A'/ La prédominance de la concentration des...»

«Il existe plusieurs types de contrat de prêt : il y a le prêt à usage dit aussi commodat, il y a le prêt à la consommation ou simple prêt et le prêt à intérêt essentiellement prêt de somme d'argent. La loi de clarification du droit du 12 mai 2009 a procédé à la suppression du terme de commodat, lui...»

Plus vendu(s) en droit civil

Commentaire d'arrêt de la Chambre commerciale de la Cour de cassation du 22 juin 1999 : le...

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Commentaire d'arrêt   |  04/03/2013   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Une nullité dérogatoire au droit commun des contrats. A. La fictivité de la société entraînant l'absence de cause du contrat. B. Une nullité non rétroactive de la filiale de droit chypriote. II. Une nullité non rétroactive justifiée par son opposabilité au tiers de bonne foi. A. L'opposabilité...»

«En droit français, un juge ne peut prononcer la nullité d'une convention ou d'un acte que si cela a été expressément prévu par la loi. Cette règle s'exprime par l'adage : « Pas de nullité, sans texte ». Dans l'arrêt du 22 juin 1999, qui nous est à traiter, la Chambre commerciale de la Cour de...»

L'information précontractuelle

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Dissertation   |  30/10/2014   |  fr   |   .doc   |   3 pages

«I. Le principe d'information contractuel, protéger les plus faibles. A. La protection entre particuliers. B. La protection du particulier face au professionnel. II. La légitimité contestée de l'information contractuel. A. L'inflation législative de lois protégeant les plus faibles. B. Plus...»

«« Aujourd'hui, rédiger le contrat d'un acteur prend plus de temps que de faire un film. » Cette phrase on la doit à l'acteur Michel Galabru. Elle est au cinéma ce qu'elle est à la vie quotidienne des Français, les contrats signés avec de nombreuses entreprises, sont longs, compliqués, voire...»

Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire