0 réaction
0
réagissez !

Commentaire de l'arrêt CE 3 décembre 2010 : Association Paris-Jean Bouin, Ville de Paris

I. Une distinction délicate entre délégation de service public et convention d'occupation du domaine public.
A. La difficulté de la distinction
B. Les critères de distinction appliqués par la Conseil d'État.

II. La consécration du principe de libre conclusion des conventions d'occupation du domaine public
A. La reconnaissance du principe par le Conseil d'État
B. La remise en question de cette absence d'obligation de mise en concurrence
Résumé du commentaire d'arrêt

La qualification des contrats en droit administratif est souvent source de litige. En effet la distinction n'est pas toujours évidente à opérer entre tel ou tel contrat. C'est précisément un problème de qualification de contrat qui est au centre de cet arrêt rendu le 3 décembre 2010 par la section du contentieux du Conseil d’État.
En l'espèce le maire de paris a signé avec l'association paris jean bouin une convention le 11 août 2004. Cette convention, conclue entre une personne publique et une personne privée, autorisait l'association à occuper une partie du domaine public de la ville, à savoir le stade jean bouin et plusieurs terrains de tennis situés dans les environs. Le 29 octobre 2004 le maire a informé la société paris Tennis, qui avait manifesté son intérêt, que sa candidature pour l'attribution de cette convention ne pouvait être prise en considération.

...
Aperçu du commentaire d'arrêt

Plus vendu(s) en droit administratif

Le juge administratif, juge constitutionnel ?

 Droit public & international   |  Administratif   |  Dissertation   |  10/04/2012   |  fr   |   .odt   |   6 pages

«I. Le juge administratif et les juges du Conseil Constitutionnel, deux entités aux compétences distinctes. A. Deux ordres aux compétences distinctes. B. La théorie de la loi écran : l'impossibilité pour le juge administratif de statuer sur une loi contraire à la Constitution. II. Un empiétement du...»

«« Dans la tradition, je n'ai pas à censurer, à écarter une loi au motif qu'elle ne serait pas conforme à la Constitution », s'exprima le commissaire au gouvernement AGID dans ses conclusions sur l'arrêt du 10 octobre 1950, preuve d'une compétence ne lui étant pas dévolue. Tout d'abord, il...»

Conseil d'Etat, Assemblée, 30 octobre 1998, Sarran, Levacher et autres

 Droit public & international   |  Administratif   |  Fiche   |  21/02/2009   |  fr   |   .rtf   |   2 pages

«I. Faits. II. Procédure. III. Question de droit. IV. Solution. V. Portée.»

«Document: Fiche de l'arrêt Conseil d'Etat, Assemblée, 30 octobre 1998, Sarran, Levacher et autres...»

Mieux noté(s) en droit administratif

Conseil d'Etat, 14 décembre 2007, Boussouar

 Droit public & international   |  Administratif   |  Fiche   |  05/04/2009   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«[b]Document: [/b]Commentaire de l'arrêt rendu par le Conseil d'Etat en assemblé le 14 décembre 2007 'Boussouar' [b]Extrait: [/b]Dès lors, par cet arrêt, plusieurs problèmes sont posés aux magistrats siégeant au conseil d'Etat. En effet, ils doivent se prononcer sur la question de la...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire