0 réaction
0
réagissez !

Commentaire de l’arrêt de la chambre commerciale de la Cour de cassation du 3 avril 1990

I.L'acceptation de la compensation antérieure à la subrogation
A)Les conséquences de l'effet translatif de la subrogation
B)Le caractère d'exception extérieure à la dette de la compensation  

II.Un transfert opposable au débiteur à la date du paiement subrogatoire
A)Le rejet de la compensation dont les éléments ne sont réunis qu'entre le paiement subrogatoire et l'information du débiteur
B)Les limites de cette jurisprudence
Résumé de l'exposé

La subrogation conventionnelle, qui transmet au subrogé les droits et actions du créancier contre le débiteur, intervient dès le paiement effectué par le subrogé au créancier, sans qu’il n’y ait besoin d’en informer le débiteur. La doctrine et la jurisprudence se sont prononcées à maintes reprises sur le problème de l’opposabilité des exceptions nées entre la date du paiement subrogatoire et celle de l’information du débiteur.
La chambre commerciale de la cour de cassation confirme la jurisprudence antérieure et la doctrine majoritaire dans un arrêt du 3 avril 1990 relatif à l’opposabilité d’une compensation légale née entre le paiement subrogatoire et l’information du débiteur dans le cadre d’une subrogation conventionnelle.

Ces documents peuvent vous intéresser

Commentaire d'arrêt - 29 juin 2010 - Chambre Commerciale - Clause limitative de responsabilité

 Droit privé & contrat   |  Obligations   |  Commentaire d'arrêt   |  20/02/2011   |  fr   |   .pdf   |   4 pages

«I - L'obligation essentielle vidée de son entière substance condition de l'inapplicabilité de la clause limitative de responsabilité. A - Un débat jurisprudentiel clos : la nécessité d'une atteinte suffisante. B - Une atteinte insuffisante : la clause valide. II - Une conception subjective de la...»

«Le contentieux des clauses limitatives de responsabilité n'en est pas à ces débuts. Contenues dans certains contrats, ces clauses faisaient en effet, pour une partie de la doctrine, obstacles à l'exigence d'une cause dans les contrats. Pour certains, elles contredisaient l'engagement pris par les...»

Commentaire comparé, Cour de cassation, Chambre commerciale, 7 octobre 1997 et 20 janvier 1998:...

 Droit privé & contrat   |  Obligations   |  Commentaire d'arrêt   |  20/03/2012   |  fr   |   .odt   |   6 pages

«I. Les obligations inhérentes à la rupture unilatérale du contrat à durée indéterminée. A. Le respect d'un préavis raisonnable. B. Le contrôle des motifs de la rupture. II. L'appréciation de la loyauté dans la rupture unilatérale du contrat à durée indéterminée. A. Le bonne foi du concédant face...»

«La société concédante (Volvo) donne à une société concessionnaire (Maine auto) l'exclusivité de la vente de ses véhicules en ce qui concerne la région Cholet par acte du 30 janvier 1986. Cependant par lettre recommandée du 17 avril 1989 la société concédante notifie à son concessionnaire qu'elle...»

Plus vendu(s) en droit des obligations

La lutte contre les clauses abusives

 Droit privé & contrat   |  Obligations   |  Dissertation   |  19/03/2012   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. Le pouvoir réglementaire et le juge : acteurs fondamentaux de la lutte contre les clauses abusives. A. Le pouvoir réglementaire : l'énumération comme moyen de reconnaissance de la clause abusive. B. Le juge : un acteur primordial dans la lutte contre les clauses abusives depuis le "coup d'état"...»

«Dans le système de droit français, le principe veut que les parties soient à la fois libres de contracter ou de refuser de contracter, mais aussi de déterminer le contenu du contrat qui les lie au nom du respect de la liberté contractuelle. Plus encore, dans la veine de cette conception libérale du...»

L'objet du contrat, commentaire d'arrêt, 1ère Chambre civile de la Cour de cassation, 14...

 Droit privé & contrat   |  Obligations   |  Commentaire d'arrêt   |  09/03/2013   |  es   |   .doc   |   6 pages

«I. La léicité de la clause de cession de clientèle. A. L'évolution jurisprudentielle quant à la patrimonialisation de la clientèle civile comme objet du contrat. B. La nécessaire condition de sauvegarde de la liberté de choix de la clientèle. II. Les conséquences de la violation de l'ordre public...»

«Dans une formule célèbre, le doyen Carbonnier énonçait que le contrat est l'un des trois « piliers du droit ». Dès lors, l'article 1108 du code civil dispose que quatre conditions doivent être réunies pour qu'un contrat soit valable, à savoir : le consentement de celui qui s'oblige, sa capacité de...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire