0 réaction
0
réagissez !

Commentaire d’arrêt: Le principe de sécurité juridique

I-L'application du droit administratif en droit interne selon des moyens différents
II-L'impérieux motif de protection des administrés
Résumé du commentaire d'arrêt

« Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires » Montesquieu De l’esprit des lois. Par cette phrase, on peut entrevoir l’intérêt que l’on peut porter à la qualité des lois mais également à leur intérêt et leurs conséquences. De sorte que l’on perçoit l’importance de la notion de sécurité juridique.
En l’espèce, dans cet arrêt rendu par le conseil d’Etat le 6 octobre 2008, il est question de l’applicabilité d’une norme en droit interne qui vient modifier un décret plus ancien, décret sous l’empire duquel des travaux étaient en cours et donnait un avantage non négligeable à une profession, par ailleurs, en charge de ces travaux. Nous pouvons noter que bien qu’il soit question d’un autre principe dans cet arrêt, en l’occurrence le principe d’égalité, nous nous concentrerons exclusivement sur la notion importante qui est le principe de sécurité juridique.

...
Aperçu du commentaire d'arrêt

Ces documents peuvent vous intéresser

Le principe de sécurité juridique

 Droit public & international   |  Administratif   |  Commentaire d'arrêt   |  19/12/2011   |  fr   |   .doc   |   3 pages

«I. Le principe de sécurité juridique, des mesures transitoires inutiles dans certains cas. A. Le principe de sécurité juridique : un revirement de jurisprudence intervenu dans l'arrêt KPMG du 24 mars 2006. B. Les mesures transitoires, non requises pour tous les décrets. II. Le principe d'égalité,...»

«La sécurité juridique est un principe qui a été consacré, par l'arrêt KPMG datant du 24 mars 2006. En effet, il fait de la sécurité juridique un principe général du droit. L'arrêt du 6 octobre 2008, met en exergue le principe de sécurité juridique, mais dans le sens inverse. En effet, le Conseil...»

Commentaire arrêt Perreux, cour européenne, 16 octobre 2009 : primauté au droit européen

 Droit public & international   |  Européen   |  Commentaire d'arrêt   |  21/02/2012   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Une plus grande prise en considération de la force d'une directive européenne. A. Le possible effet direct de la directive européenne. B. Le revirement de jurisprudence et l'alignement sur la cour de justice de l'union européenne. II. Un revirement logique protégeant la sécurité juridique du...»

«En l'espèce, Mme Perreux postule à plusieurs reprises au poste de chargé de formation à l'ENM. Celle-ci se voit refuser sa demande à trois reprises et usurper le poste par une autre personne. Jugeant que cette décision n'était pas justifiée et présentant un caractère de discrimination, celle-ci...»

Plus vendu(s) en libertés publiques

Commentaire d'arrêt - Chambre commerciale - 26 novembre 1996 : Conditions de forme devant être...

 Droit public & international   |  Libertés publiques   |  Commentaire d'arrêt   |  29/10/2012   |  fr   |   .docx   |   3 pages

«I. Une vision stricte du formalisme de la signature de l'aval. A. L'aval répond à des conditions de forme rigoureuses. B. La signature ne peut résulter de la mention d'un numéro dans le texte d'un télex. II. Une vision discutable actuellement. A. L'aval par un acte séparé pourtant autorisé. B. La...»

«« Le formalisme est la soeur jumelle de la liberté » en effet, le juriste allemand Jhering soulignait le fait que le respect du formalisme permet d'effectuer tous les actes que l'on souhaite. Le formalisme cambiaire est un formalisme strict, mais le respect de ce dernier permet au porteur d'une...»

libertés publiques

 Droit public & international   |  Libertés publiques   |  Cours   |  03/06/2011   |  fr   |   .doc   |   25 pages

«1. La définition des libertés publiques. 2 - Libertés publiques et droits de l'homme. 3 - l'ambivalence des libertés publiques. 3-1 - Les relations conflictuelles entre les libertés publiques. 3-2- Ordre public et libertés publiques. CHAPITRE1 : LES SOURCES DES LIBERTES PUBLIQUES. Section1 : Les...»

«En période de crise, la Constitution renforce le pouvoir du chef de l'exécutif. En effet, les dispositions des articles 48 de la Constitution ivoirienne du 1er août 2000 et 16 de la Constitution française du 04 octobre 1958 font du chef de l'Etat un dictateur en concentrant entre ses mains les...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire