Informations sur l'auteur

Lycéenne
Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Notre-Dame...

Informations sur le doc

Date de publication
28/06/2011
Date de mise à jour
28/06/2011
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
2 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
2 fois
Validé par
le comité Dacodoc.fr
0 réaction
0
réagissez !

Commentaire de Don Juan aux enfers de Baudelaire

I: Une sombre description de la descente aux Enfers d'un mythe universel :
	a) structure du poème, champ lexical de l'enfer, métafore du "noir firmament" et assonances
	b) verbes d'action, image poétique du "bordel", champ lexical de la douleur, hyperbole et animalisation

J'ai eu ce commentaire à faire pour un bac blanc. J'ai eu 18/20. Il n'est pas facile à faire, mais il faut surtout bien connaître le mythe de don juan, de molina à mozart, en passant par schmitt. S'appuyer sur les notions de spleen, et d'éloge du mal.
Introduction:
Charles baudelaire est un des plus grands poètes de la littérature française. Journaliste et critique littéraire, il est considéré comme étant la dernière « plume » romantique et la première symboliste ; puisqu'au moment où son oeuvre est classée romantique, ses réflexions sur « le beau » qui lui est « bizarre » et sur l'absurdité du monde (qu'il débattra avec son double américain, son ami Edgar Poe dont il traduira notamment les Histoires extraordinaires) le poussent déjà ailleurs, plus loin que les attentes et préoccupations du Cénacle. Pas étonnant, donc, que Dom juan lui soit un poème consacré, dans la partie Spleen et Idéal, première des six sections des Fleurs du Mal, qui est l'expression des sentiments dans un registre lyrique, le spleen étant le désespoir. A la recherche de cet idéal qui se caractérise par la mort (criminelle), la quête de l'illusion, la réalité, la laideur, l'intelligence et les synesthésies, le poète reste instable, il sombre dans le spleen, cet état de désespoir qu'il considère comme le mal et qu'il tentera d'exprimer à travers quatre poèmes intitulés « Spleen ». Le mythe de don juan pose inéluctablement des questions sur la morale de l'homme. Il s'agira donc, tout d'abord, de montrer en quoi ce texte est la description de la descente aux enfers d'un mythe universel, puis d'expliquer pourquoi il s'agit, en fait, d'une réflexion profonde sur la justice et la morale humaine.

[...] Introduction : Charles Baudelaire est un des plus grands poètes de la littérature française. Journaliste et critique littéraire, il est considéré comme étant la dernière plume romantique et la première symboliste ; puisqu’au moment où son œuvre est classée romantique, ses réflexions sur le beau qui lui est bizarre et sur l’absurdité du monde (qu’il débattra avec son double américain, son ami Edgar Poe dont il traduira notamment les Histoires extraordinaires) le poussent déjà ailleurs, plus loin que les attentes et préoccupations du Cénacle. [...]


[...] I : Une sombre description de la descente aux Enfers d’un mythe universel : D’abord, ce poème est articulé en cinq quatrains, dont les rimes sont embrassées. Dès le premier vers, Baudelaire installe une atmosphère lugubre, en utilisant le champ lexical de l’enfer, avec les occurrences : descendit vers obole vers sombre vers ainsi qu’en donnant à voir, avec la métaphore du vers 6 : noir firmament qui entraîne le lecteur pile à ce lieu de rencontre avec l’auteur : le Styx avec les morts flottants. [...]


[...] L’effet de boucle produit par le début du vers 19 : Mais le héros qui fait écho au tout premier vers : Quand Don Juan traduit en quelque sorte le découragement de Baudelaire à tenter de punir ce personnage qui, malgré tout, ne daignait rien voir vers 20. Transition Ce pessimisme, caractéristique du romantisme d’une part, et en fait de Baudelaire, d’autre part, est une façon de déclarer qu’on ne le changera pas : Don Juan est obsédé par l’esthétique pur, et c’est plus fort que lui. Conclusion : Le Don Giovanni de Mozart, tout comme celui de Molière, est un mythe qui ne finira jamais de fasciner, d’intéresser. [...]

...

Plus vendu(s) en littérature

Le théâtre exprime t-il la réalité ?

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Étude de cas   |  31/01/2011   |  fr   |   .doc   |   6 pages

«I) L'impression de la réalité dans le théâtre. II) Le théâtre et son expression dans la vie de tous les jours. III) Le théâtre mêle astucieusement l'imaginaire et le réel..»

«Le théâtre repose sur un échange, des dialogues entre personnages, des situations comiques, lyriques... Pourquoi et comment le théâtre cherche t-il à rendre l'impression du réel ? En quoi le détourne t-il ? Que suggère l'illusion de la réalité, au delà des difficultés éventuelles de mise en scène...»

Le théâtre est un "un point d'optique. Tout ce qui existe dans le monde, dans l'histoire, dans...

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  03/02/2011   |  fr   |   .docx   |   6 pages

«1) La relation au réel. A) La négation du réalisme/naturalisme. B) Une imitation de la nature. C) L'illusion dramatique. 2) La relation au spectateur. A) L'identification. B) Fonction de la "baguette" : effectuer un tri. C) Le langage et la gestuelle. 3) La relation au mouvement romantique. A) Le...»

«Contrairement aux autres genres littéraires, la spécificité du théâtre est de pouvoir être réellement vu. Il est, comme le déclare Victor Hugo "un point d'optique. Tout ce qui existe dans le monde, dans l'histoire, dans la vie, dans l'homme, tout doit et peut s'y réfléchir, mais sous la baguette...»

Derniers documents en littérature

Fiche de culture générale : la littérature antique

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  24/07/2014   |  fr   |   .doc   |   1 page

«I. Les oeuvres clés. II. Zoom sur l'épopée homérique : l'Iliade et l'Odyssée.»

«Fiche synthétique de culture générale portant sur la littérature antique, idéal pour la préparation des QCM d'entrée aux concours de la fonction publique ou pour l'épreuve de culture générale....»

Le passeur de lumière - Nivard de Chassepierre : l'analyse morale et physique des personnages...

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche de lecture   |  18/07/2014   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Blanche. II. Coline. III. Awen. IV. Gaëlle.»

«Tout d'abord, il n'y a pas beaucoup de personnages féminins dans le livre, il y en a que quatre. Cela facilitera mon travail, car leurs histoires, leurs vies sont racontées séparément ce qui me permit de bien sélectionner les informations pour chacune d'entre elles et d'approfondir mon analyse....»

Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire