Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
philosophie
Ecole, université
Paris IV -...

Informations sur le doc

Date de publication
25/06/2013
Date de mise à jour
25/06/2013
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
1 fois
Validé par
le comité Dacodoc.fr
0 réaction
0
réagissez !

Démocratie représentative : une contradiction dans les termes ?

I. La démocratie représentative : une aporie ? 
A. La démocratie ou la souveraineté populaire
B. La représentation, entre délégation et légitimation

II. La représentation, un principe démocratique limitatif 
A. Une démocratie réelle est représentative par nature
B. Mais la représentation ne répond pas exhaustivement aux attentes intrinsèques à la démocratie

III. La société démocratique à l'ère de la représentativité : une sociologie dilatoire ? 
A. La conversion de la société à la démocratie doit être idéologique
B. Elle implique de nouvelles formes de participation et de pouvoirs

L’opposition conceptuelle entre le nom et son qualificatif trouve son origine dans le double sens de la « représentation », qui signifie à la fois « assurer la présence de » et « remplacer ». La démocratie représentative serait donc ce régime où le dépositaire du pouvoir politique, le souverain, est remplacé par un groupe qui assure sa présence au sein des institutions et auquel le pouvoir a été délégué. La définition strictement conceptuelle de la démocratie représentative aboutit à une aporie ; toutefois, d’un point de vue plus formel, il est possible de surpasser ce dilemme logique : ainsi, comme le souligne Aristote au livre VII de ses Politiques, « le principe du gouvernement démocratique, c’est la liberté. […] Le premier caractère de la liberté, c’est l’alternative du commandement et de l’obéissance ». Autrement dit, la démocratie n’est qu’un mode du gouvernement, qui suppose intrinsèquement une forme de domination. Il n’est donc plus question d’un exercice absolu du pouvoir par le peuple, mais seulement d’un exercice « pour le peuple », c’est-à-dire en vertu de finalités qualifiée de « démocratiques » et selon des moyens institutionnels spécifiques de désignation des dirigeants.

[...] Toutefois, elle ne montre pas un déficit démocratique, mais constitue au contraire une forme d’attachement de la société à la démocratie. B. Elle implique de nouvelles formes de participation et de pouvoirs Multiplication de la participation politique o Appels aux urnes renouvelés. Renforcement de la démocratie électoral à travers une réaffirmation de la légitimité des gouvernants. Une société de défiance : o Défiance à l’égard du personnel politique juridicisation du politique. o Défiance à l’égard des institutions instauration de contre-institutions qui peuvent être saisies par les citoyens (politisation du juridique : interventions récurrentes du Conseil Constitutionnel). [...]


[...] Charles Eisenmann, Paris, Dalloz Pierre ROSANVALLON, La contre-démocratie, La politique à l’âge de la défiance, Seuil Pascal PERRINEAU, Luc ROUBAN, La politique en France et en Europe, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris Jean-Jacques ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Flammarion, Paris Jean-Jacques ROUSSEAU, Du contrat social, Flammarion, Paris ARISTOTE, Les politiques, Livre II, http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/politique7.htm ARISTOPHANE, Les Acharniens, http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Akharniens Thomas HOBBES, Le Léviathan, Vrin Jacques RANCIERES, La démocratie est née d’une limitation du pouvoir de la propriété, Alternative libertaire, numéro 167, novembre 2007 XENOPHON, L’Economique, http://fr.wikisource.org/wiki/De_l%27Économie_(Trad._Talbot) MONTESQUIEU, De l’Esprit des lois Jean BAUDOUIN, Introduction à la sociologie politique Seuil, septembre 1998 Alec STONE SWEET, La politique constitutionnelle La légitimité de la jurisprudence du Conseil constitutionnel, Paris, Economica p. 117-140 Alex STONE SWEET, Le Conseil Constitutionnel et la transformation de la République Cahiers du Conseil Constitutionnel p. [...]


[...] La démocratie est un retournement dialectique des formes traditionnelles de pouvoir : les gouvernés sont gouvernants. - Lorenzo Introduction à la science politique Colombani Conférence de méthode Qu’est-ce qui distingue ce mode de gouvernement d’un autre ? Le retournement dialectique dans le couple notionnel gouvernant / gouvernés, puisque la souveraineté appartient avant tout aux gouvernés du moins lorsqu’on adopte une démocratie fondée sur une égalité numérique (ainsi, le pays légal sous la Restauration aurait presque pu être circonscrit gérants de l’Etat). La démocratie représentative, forme la plus efficace ? [...]


[...] L’élection, paradoxe typologique L’élection remplit deux fonctions : une, oligarchique, par l’élection d’un personnel restreint ; l’autre, démocratique, par l’appel aux urnes du peuple et la légitimation du personnel gouvernant. Distinction conceptuelle aux Etats-Unis entre démocratie et gouvernement représentatif. B. Mais la représentation ne répond pas exhaustivement aux attentes intrinsèques à la démocratie L’exercice de la souveraineté dépend de la participation des gouvernés. Que ce soit en système de démocratie directe ou représentative, il faut évidemment quelqu’un pour exercer le pouvoir. [...]


[...] Ceux qui disposent de ces pouvoirs sont appelés magistrats, en termes généraux, ou juges députés en termes particuliers. Lorenzo Introduction à la science politique Colombani Conférence de méthode Néanmoins, il faut distinguer la souveraineté et la légitimité : on donne aux représentants le droit de remplacer les autres citoyens dans les affaires publiques ; néanmoins, la démocratie implique que ce droit est temporaire et réversible : il n’y a donc pas de transfert de souveraineté. En dernier ressort, la souveraineté appartient toujours au corps social. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Mutations de la démocratie représentative

 Droit public & international   |  Histoire & philosophie du droit   |  TD   |  02/04/2013   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. Démocratie représentative: évidence ou oxymore?. A. Une invention des modernes. B. Tensions consubstantielles à ce mode de gouvernement. C. Rationalisation par la démocratie des parties de ces tensions structurelles. II. L'épuisement d'un modèle. A. La crise de la démocratie de partis. B....»

«La démocratie électorale semble avoir triomphé sans partage depuis 1989 mais simultanément c'est un modèle qu'on dit en crise. Il ne semble pas que ce soient les fondements procéduraux qui sont en crise (le vote est toujours légitime). Ce qui est en crise c'est la confiance dans la capacité de la...»

La démocratie représentative : retour historique et modes de participation

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Cours   |  08/04/2013   |  fr   |   .doc   |   59 pages

«I. Tour d'horizon de la démocratie représentative. II. L'invention du métier politique. III. Les partis politiques. IV. Le concept de la représentation politique. V. Le vote et l'abstention. VI. Elections et sondages. VII. Agir collectivement/les mouvements sociaux. VIII. Militer.»

«Apparu pour la 1ere fois chez Hérodote. Inspirée du modèle de la démocratie athénienne. Renvoie au pouvoir du peuple. Démos (peuple), kratos (pouvoir). La démocratie grecque se basait sur 3 principes fondamentaux : • l'Isomonia (isos égal, nomos la loi). = légalité devant la loi. • l'Iségoria...»

Plus vendu(s) en sciences politiques

La responsabilité du président de la République sous la Vème république

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Dissertation   |  19/03/2012   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. L'irresponsabilité politique du président de la République. A. Le principe d'irresponsabilité posé par l'article 67 de la constitution. B. L'exception pour manquement grave. II. Une responsabilité politique devant le peuple français. A. La sanction électorale. B. Lae plébscite référ...»

«La Vème République a toujours accordé un rôle central au chef de l'État, le plaçant, plus qu'aucune autre constitution ne l'avait jamais fait, au coeur même de l'organisation institutionnelle, et de telle sorte qu'on évoque souvent à son égard l'idée d'une clé de voûte des institutions. Cette idée...»

Le référendum sous la Vème République

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  TD   |  06/12/2012   |  fr   |   .doc   |   7 pages

«I. Application théorique du référendum sous la Vème république. A. La procédure référendaire, les prémisses d'un plébiscite. B. Le champ d'application du référendum prévue par la Constitution. II. Application pratique du référendum sous la Vème république. A. La pratique Gaullienne : un référendum...»

«« Le plébiscite n'est qu'une mécanique à faire dire "oui" et le référendum est "un remède négatif" parce que, s'il peut s'opposer à une mesure exécrable, son rôle n'est point d'en enfanter de salutaire. » Lazare de Gérin-Ricard. On pose là une distinction entre référendum et plébiscite,...»

Concours Dacodoc !

Grâce à Dacodoc, c'est 5 000€ de gains à gagner !

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire