0 réaction
0
réagissez !

Le discours d’inauguration de F. D. Roosevelt (4 mars 1933)

                            
  1. Un discours d'inauguration franc, énergique, qui vise à redonner espoir aux Américains
    1. L'ampleur de la reconstruction nécessite de mener une guerre immédiate
    2. Un discours porteur d'espoir
  2. Une allocution qui dessine les grandes lignes d'une nouvelle donne, d'un ordre nouveau, ambitieux et prometteur, en rupture avec les maléfices de l'ordre ancien
    1. Annoncer une rupture
    2. Un bouleversement central dans ce discours : l'intervention de l'État au sein du système capitaliste
  3. Cependant, ce discours d'inauguration reste assez vague et les changements annoncés n'ont pas tous un caractère révolutionnaire
    1. Des considérations générales qui ne forment pas un programme précis
    2. Les changements annoncés ne sont pas toujours empreints d'un caractère révolutionnaire
Résumé du commentaire de texte

Franklin Delano roosevelt, cousin de l'ancien président républicain Théodore roosevelt, reçoit l'investiture du parti démocrate en juillet 1932. En novembre 1932, roosevelt est élu avec 57,4% des suffrages face à Hoover, 42 des 48 Etats lui ayant accordé la majorité.
1932-1933 : point culminant de la crise économique le plus grave de l’histoire des Etats-Unis. Les républicains ayant échoué à la résorber, les Américains ont décidé d'accorder leur confiance aux démocrates et au changement promis par leur candidat, sur la formule, encore vague, de "New Deal".

[...] Roosevelt était un libéral, certes atypique, mais un libéral. Et un petit détail. Quand Roosevelt dit l’abondance est à notre porte cela peut fâcheusement rappeler la phrase de Hoover selon laquelle la prospérité est au coin de la rue Ce discours porteur d’espoir annonce donc l’entrée dans une nouvelle ère puisqu’il propose des changements majeurs aux États-Unis, dont le plus marquant est celui de l’intervention de l’État, même si tout ce qui est annoncé n’est pas forcément révolutionnaire. Et finalement, l'acuité des mots du nouveau président américain Roosevelt résonne jusqu'à l'actualité de la crise qui s’est déclenchée en 2008. [...]


[...] De plus, il entend d’abord travailler au niveau national pour restaurer une économie saine. De toute évidence, Roosevelt privilégie ici la continuation de la politique traditionnelle américaine. D’ailleurs, durant la Conférence économique internationale de Londres (1933), il confirme ce choix en insistant sur la primauté au redressement intérieur par rapport à la coopération internationale. Ses propositions sont avant tout d’essence nationaliste. Enfin, les propositions que Roosevelt énonce dans ce discours s’appuient et s’inspirent parfois de réformes socio-économiques qui remontaient aux années antérieures. [...]


[...] Il pense aussi interdire aux banques de spéculer avec l’argent des autres. Ces mots seront concrétisés par l’une des premières réformes qu’a fait adopter Roosevelt en 1933 : le Glass Steagal Act qui sépare les banques de dépôt et les banques d’affaires. Le fait qu’il souhaite secourir et aider directement les victimes de la crise (l.30) et les agriculteurs (l.25) est caractéristique de cette volonté d’une nouvelle donne. En ce sens, Roosevelt prend le contrepied de son prédécesseur, en joue une nouvelle partie de cartes où les mises ne devraient pas toutes être raflées par le monde des affaires. [...]


[...] Bibliographie : J. CANU, Histoire de la nation américaine, Paris, Éditions Du Chêne p. C. FOHLEN, Les États unis au XXe siècle, Aubier Montaigne, Collection historique p. A. KASPI, Franklin Roosevelt, Fayard p. D. ARTAUD, L’Amérique en crise : Roosevelt et le New Deal, Armand Colin p. [...]


[...] En effet, Roosevelt a innové en introduisant, parallèlement au gouvernement, un conseil officieux, le brain-trust, dont les avis des membres primaient sur ceux des membres du cabinet officiel. Ce brain-trust était composé de diverses tendances et diverses écoles de pensée, dont les membres étaient souvent renouvelés. Il s’est bien entouré (même sa femme a joué un rôle important) et a su bien écouter ses conseillers. Un bouleversement central dans ce discours : l’intervention de l’État au sein du système capitaliste. Roosevelt propose dans ce discours une manière différente d'appréhender et de gérer les questions socio-économiques. [...]

Ces documents peuvent vous intéresser

La vie politique française de 1945 à 1988

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche   |  04/02/2009   |  fr   |   .rtf   |   154 pages

«Document: La vie politique française de 1945 à 1988, cours de 123 pages, très complet, en histoire contemporaine Plan: Chapitre I - POLITIQUE ET GUERRE (1940-1946) Chapitre II ? LE PARLEMENTARISME RESTAURE: LA QUATRIÈME RÉPUBLIQUE (1946-1958) Chapitre III ? LA REPUBLIQUE...»

La France, l'Allemagne et la guerre (1918-1945)

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Cours   |  16/12/2013   |  fr   |   .doc   |   36 pages

«I. La faillite de l'ordre versaillais (1919-1924). A. Le traité de Versailles (28 juin 1919). B. La république de Weimar. C. Les réparations de guerre. II. Le rapprochement franco-allemand(1924-1930). A. le pacifisme français. B. Le pacifisme allemand. C. Les vecteurs du pacifisme. III. L'ère...»

«Paix de 1919 déjà critiquée par les contemporains. Contemporains voient que le système est inachevé parce que dans le traité de Versailles on crée la SDN. Meilleur moyen de la créer est de l'inclure dans le traité de Versailles. Traité de Versailles est la pièce maîtresse du « système de...»

Plus vendu(s) en vie politique et élections

L'élection du président des Etats-Unis d'amérique

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Cours   |  20/12/2011   |  fr   |   .rtf   |   4 pages

«I ] Le mode d'élection du président des Etats-Unis, un système original et constitutionnel.. II ] Les faiblesses du mode d'élection du Président : une remise en cause de la démocratie..»

«Barack Hussein Obama est le 44ème président des Etats-Unis d'amérique. Les américains n'élisent pas leur président comme pourrait le faire un français par exemple. Le paradoxe du mode d'élection américain réside dans le fait que les Américains élisent leur Président au suffrage universel...»

La monarchie constitutionnelle au Maroc

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Dissertation   |  17/06/2011   |  fr   |   .odt   |   6 pages

«I) La Loi fondamentale : l'adaptation marocaine de principes constitutionnels d'origine occidentale. A. L'organisation des pouvoirs. B. Le Conseil constitutionnel et la révision de la Constitution. II) Le régime marocain : des pratiques féodales voire frauduleuses derrière une vitrine...»

«En 1956, le Maroc cesse d'être sous protectorat français et accède à l'indépendance. Le régime mis en place est, selon la Constitution de 1962, « une monarchie constitutionnelle démocratique et sociale », où l'Islam est religion d'Etat. Depuis 1999, Mohammed VI, fils ainé d'Hassan II, est à la tête...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire