réagissez !

La charge de la preuve pour établir un lien de causalité, arrêt de cassation du 28 janvier 2010, première chambre civile de la Cour de cassation

I. L'extension de la notion de causalité alternative
A. L'attribution de la charge de la preuve
B. L'inutilisation des notions traditionnelles

II. L'évolution de la causalité alternative
A. La notion de causalité alternative : une fiction	
B. Les limites de la notion de causalité alternative
Résumé du commentaire d'arrêt

En l’espèce, une femme atteinte d’une stérilité. Elle impute cette stérilité à la prise par sa mère, durant sa grossesse, de Distilbène.
Cette molécule litigieuse a été mise sur le marché par deux sociétés. La femme stérile demande alors l’indemnisation de son préjudice par les deux sociétés.
La Cour d’appel déboute la demanderesse aux motifs qu’elle n’a pas rapporté la preuve que les deux produits des deux sociétés ont bien été administrés à sa mère.
Sur qui pèse la charge de la preuve du lien de causalité?

[...] Mais que d’autres personnes subissent le même dommage, qui provient d’une autre cause sans que l’origine de chaque dommage puisse être caractérisé. La notion de causalité alternative serait de soit indemniser chaque victime et de rendre alors responsable l’auteur de fait qu’il n’aurait pas commis. Ou soit de n’indemniser aucune victime, alors même qu’elles ont subi un préjudice réparable. Cette fiction est alors limitée dans son champ d’application. Toutefois, au vu de la jurisprudence étrangère, on peut espérer un élargissement de la jurisprudence Distilbène. [...]


[...] Les limites de la notion de causalité alternative Dans un premier temps, on peut se poser la question de la légitimité d’une telle fiction. En effet, pourquoi la fiction irait dans le sens de la victime et pas dans le sens inverse. Débouter la victime est tout aussi fictif que de l’indemniser. Néanmoins, la débouter alors qu’elle a subi un préjudice réparable s’éloigne plus de la vérité ; que de l’indemniser en appliquant la fiction, qui n’établit pas toujours des hypothèses fausses. [...]


[...] On va alors voir que les notions traditionnelles de la causalité alternative ne suffisent pas dans ce genre de situation. B. L’inutilisation des notions traditionnelles A priori, on ne devrait pas pouvoir retenir la responsabilité des membres d’un groupe qui ne sont pour rien dans la réalisation de ce dommage. Pour contourner cette difficulté, la jurisprudence a admis la notion de faute collective, c’est lorsqu’un dommage est commis dans le cadre d’un jeu collectif. Et la notion de garde en commun, quand on évite d’avoir à identifier la chose ou la personne à l’origine du dommage. [...]


[...] La charge de la preuve pour établir un lien de causalité, arrêt de cassation du 28 janvier 2010, première chambre civile de la Cour de cassation Dans un arrêt de cassation du 28 janvier 2010, la première chambre civile de la Cour de cassation statue sur la charge de la preuve pour établir un lien de causalité. En l’espèce, une femme atteinte d’une stérilité. Elle impute cette stérilité à la prise par sa mère, durant sa grossesse, de Distilbène. Cette molécule litigieuse a été mise sur le marché par deux sociétés. [...]

Ces documents peuvent vous intéresser

Commentaire comparé de deux arrêts rendus par la Chambre civile de la Cour de cassation datés du...

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Commentaire d'arrêt   |  12/10/2012   |  fr   |   .doc   |   7 pages

«I. La mauvaise foi du vendeur résultant de sa connaissance du vice caché dissimulée aux yeux de l'acquéreur profane. A. L'ignorance de l'acquéreur profane. B. La connaissance du vice par le vendeur, synonyme de mauvaise foi. II. Une lourde responsabilité à l'égard du vendeur de mauvaise foi,...»

«Voilà deux arrêts rendus par la Cour de cassation, en date du 30 septembre 2008 (1re chambre civile) et du 13 janvier 2010 (3e chambre civile) portant tous deux sur la responsabilité du vendeur soumis à une action en garantie des vices cachés. Ces deux arrêts concernent plus précisément, les...»

Droit civil : droit du crédit

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Cours   |  24/01/2013   |  fr   |   .doc   |   138 pages

«I. Les sûretés personnelles. A. Le cautionnement. B. La formation du cautionnement. C. L'extinction d'une caution. II. Les garanties non accessoires. A. La garantie à première demande. B. La lettre d'intention. III. Les sûretés réelles. A. Le droit de rétention. B. Les propriétés sûretés.»

«Or, en cas de défaillance du débiteur, en application du principe de l'unité du patrimoine posé par l'article 2284 du Code civil, l'ensemble de son actif va devoir répondre de l'ensemble de son passif. Dans ce cas, le paiement sera alors souvent le prix de la course = le premier saisissant va...»

Plus vendu(s) en droit civil

Fiche d'arrêt de la Première Chambre civile de la Cour de cassation du 4 décembre 2013 :...

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Fiche   |  09/05/2014   |  fr   |   .pdf   |   1 page

«I. Faits. II. Procédure. III. Thèses des parties. IV. Les solutions des juridictions. V. Le problème de droit.»

«Mr et Mme X se sont mariés en 1969, ils ont eu une fille en 1973 et ils divorcent en 1980. En 1980, Mme X épouse son ex beau-père et en 1990 l'ex beau-père et nouveau mari de Mme X consent une donation à sa petite fille. Il décède en 2005 en laissant comme héritier son fils unique. Par ailleurs, il...»

Commentaire d'arrêt du 24 septembre 2009: le lien de causalité

 Droit privé & contrat   |  Civil   |  Commentaire d'arrêt   |  05/04/2012   |  fr   |   .odt   |   5 pages

«I. Le refus de tout renversement de la charge de la preuve du lien de causalité entre le médicament litigieux et le dommage. A. Une faute médicale ne permettant pas de conclure a l'existence d'un lien de causalité. B. La nécessité pour le demandeur de prouver l'exposition au médicament. II. La...»

«Mme X. est atteinte d'une pathologie due à une hormone de synthèse le DES pris par sa mère pendant la grossesse Mme.X assigne la société fabricante de la molécule pour réparation du dommage subit. La cour d'appel de Versailles a débouté Mme X. Elle forme un pourvoi en cassation....»

Catégories

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement