0 réaction
0
réagissez !

Contribution aux charges du mariage

Question 1 à 10
Résumé du TD

En vertu de l'article 214 du code civil, « Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à proportion de leur faculté respective ». Le principe est qu'en vertu de la liberté des conventions matrimoniales, les parties peuvent se mettre d'accord sur le montant de la contribution. Il leur appartient de s'entendre au sujet de la répartition des ressources respectives et de préciser comment chacun d'eux participera aux charges familiales. S'ils ne le font pas, ils sont automatiquement soumis à la règle légale (à proportion de leur faculté respective).
Cependant, chacun des époux peut demander à tout moment, en considération de la situation des parties, de faire modifier le montant. Notamment, un arrêt de la première chambre civile de la Cour de cassation du 3 mai 2000 illustre le rôle du juge dans cette matière. Dans cet arrêt, la demande de réduction de contribution aux charges du mariage avait été refusée, ce qui prouve que le juge peut décider à un moment donné de la vie maritale, en examinant les circonstances, de régler le sort des contributions de chacun des deux époux.

Ces documents peuvent vous intéresser

Le mariage

 Droit privé & contrat   |  Famille   |  Cours   |  11/02/2013   |  fr   |   .doc   |   16 pages

«I. La formation du mariage. A. Les conditions de formation. B. La remise en cause du mariage. II. Les effets du mariage. A. Les rapports personnels entre époux. B. Les rapports patrimoniaux entre époux.»

«Le droit civil distingue la mariage en tant qu'institution formée par un échange de consentement libre et éclairé devant l'officier d'état civil qui est le seul à produire des effet de droit civil d'une part, et le mariage religieux que les époux peuvent choisir de faire célébrer par le ministre de...»

Droit de la famille: le couple et le mariage

 Droit privé & contrat   |  Famille   |  Cours   |  14/03/2013   |  fr   |   .doc   |   15 pages

«I. L'entrée en mariage. A. Les conditions de fond du mariage. B. Les conditions de formes du mariage. C. La sanction des conditions de formation du mariage. II. L'état de mariage : Les effets du mariage entre les époux. A. Les rapports personnels entre époux. B. Les rapports pécuniaires entre...»

«La définition du mariage n'apparait pas expressément dans le code civil car à l'époque de la rédaction de notre code il s'agissait d'une évidence. PORTALIS, l'un des quatre rédacteurs du code civil définit le mariage dans son discours introductif au code civil comme « la société de l'Homme et de...»

Plus vendu(s) en droit de la famille

Commentaire d'arrêt 1ère civ., 13 décembre 2005

 Droit privé & contrat   |  Famille   |  Commentaire d'arrêt   |  19/05/2011   |  fr   |   .docx   |   5 pages

«I) Les deux critères nécessaires à la qualification d'une erreur comme étant «essentielle à la personne ». A. L'indispensable désignation de la qualité mise en cause, comme étant « objectivement essentielle ». B. Le nécessaire caractère « subjectivement essentiel » de la qualité à l'égard de la...»

«Le 13 décembre 2005, la première chambre civile de la Cour de cassation rend un arrêt de rejet concernant la demande d'une femme de faire annuler son mariage en raison d'une liaison adultère qu'entretenait son mari avant leur union. Le 11 décembre 1995, un couple se marie. Le soir même de son...»

Commentaire de l'arrêt 1ère civ 30 octobre 2008 - A quel moment doit-on apprécier la cause?

 Droit privé & contrat   |  Famille   |  Commentaire d'arrêt   |  05/09/2011   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I - Le cas singulier d'une cause de reconnaissance de dette à exécution successive. A-Une règle générale non applicable au mode d'exécution de la convention. B-Une cause extérieure à la reconnaissance de dette. II-Un contexte favorable à la subjectivisation de la cause. A-La nécessité de...»

«« L'étude de l'objet du contrat répond à la question Quid debetur ? Qu'est ce qui est dû ?, celle de la cause répond à la question Cur debetur ?, Pourquoi est-ce dû ? » (François Terré - Précis Dalloz). Malgré ce moyen mnémotechnique d'appréhender la notion de cause, celle-ci n'est pas toujours...»

Catégories