réagissez !

L'efficacité des procédures de référé pour la promotion et la protection des libertés fondamentales

I/ Une procédure caractérisée par sa célérité et son efficacité
A)	Une procédure simplifiée
B)	Un juge aux pouvoirs étendus  

II/ Une procédure limitée par les conditions nécessaires à sa mise en oeuvre
A)	Une condition principale : La mise en cause d'une liberté fondamentale
B)	Des conditions secondaires : Urgence et caractère de gravité de l'atteinte 
Résumé de l'exposé

« Le monde change à une vitesse folle. Le fort ne battra plus le faible. Dorénavant ce sera le rapide qui battra le lent. » (Rupert Murdoch). C'est pour adapter le système contentieux à cette analyse de l'évolution de nos sociétés, que les procédures de référé se multiplient dans toutes les branches du droit. L'objectif de ces procédures est d'assurer aux requérants un traitement rapide de leur demande, il peut s'agir de juger les affaires simples, qui tiennent de l' « évidence » et de l' « incontestable » ou des problématiques qui mettent en cause une liberté fondamentale. Pour ce qui est des affaires ne présentant aucune difficulté, la célérité de la procédure se justifie par le fait qu'aucun réel débat au plan juridique n'est nécessaire. S'agissant des libertés fondamentales, la rapidité est exigée par les intérêts en jeu et l'urgence de la situation en cause, mais ces idées n'ont pas toujours prévalu dans le système juridique français, justifiant la lenteur incontestables de ses procédures par la nécessité d'un examen précis car, comme l'affirmait Gregorio Marañón : « La rapidité qui est une vertu, engendre son vice qui est la hâte ».
En matière civile, les procédures de référé sont applicables dans trois hypothèses distinctes.
Les premières d'entre elles sont les situations caractérisées par l'urgence dont le règlement ne se voit opposer aucune contestation, aucun différent entre les parties. Les deuxièmes séries de mesures sont dites « conservatoires » ou de remise en état qui, elles, peuvent se heurter à une contestation par une des parties sans être automatiquement rejetées. Le dernier type de référé est intitulé « probatoire » et tend à l'obtention d'éléments qui pourraient s'avérer déterminants pour l'issue d'un procès futur.
En matière pénale, il existe une procédure toute particulière, dite du référé détention qui tend à rendre suspensif un appel interjeté contre une décision de mise en détention provisoire.
Enfin, en droit administratif, plusieurs types de référé sont à citer tels que : le référé suspension prévu à l'article L.521-1 du code de justice administrative, le référé « conservatoire » ou « mesures utiles » issu de l'article L.521-3 du même code, le référé « révision » instauré par l'article L.521-4 dudit code ou encore les référés « expertise » et référé « instruction » respectivement prévus aux articles R. 531-1 et R.532-1 du code précité. Mais la procédure reine en matière de protection des libertés fondamentales est bien évidement le référé-liberté prévu par l'article L.522-1 du Code de justice administrative qui dispose que « Saisi d'une demande en ce sens justifiée par l'urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde d'une liberté fondamentale à laquelle une personne morale de droit public ou un organisme de droit privé chargé de la gestion d'un service public aurait porté, dans l'exercice d'un de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale. Le juge des référés se prononce dans un délai de quarante-huit heures. »
L'instauration de ce mécanisme par la loi n° 2000-597 du 30 juin 2000 relative au référé devant les juridictions administratives pose la question de savoir si l'étendue du champ d'application de cette procédure permet une réelle protection des libertés fondamentales ? Car, en effet, celle-ci est rapide et efficace (A) mais uniquement lorsque le justifiable parvient à l'invoquer utilement (B).

Ces documents peuvent vous intéresser

Saisine des juridictions militaires au regard de l'absence de la citation directe en procédure...

 Droit privé & contrat   |  Procédure pénale   |  Mémoire   |  29/09/2011   |  fr   |   .rtf   |   70 pages

«I) Titre I. MODES DE SAISINE DES JURIDICTIONS MILITAIRES DE LA RDC. A. DE L'INSTRUCTION PREPARATOIRE. B. DE LA SAISINE DU JUGE MILITAIRE. II) Titre II. LES PERSPECTIVES DE LEGE FERENDA RELATIVE A LA CITATION DIRECTE EN MATIERE DE JUSTICE MILITAIRE. A. LA CITATION DIRECTE FACE AUX VERTUS DE LA...»

«Ayant pris naissance pour permettre de rétablir un certain équilibre social, la règle de droit se veut un instrument incontournable de régulation sociale. La présence de l'homme sur la terre a toujours constitué l'objet des différends avec son semblable. La meilleure démonstration de cette...»

Notions fondamentales de droit public

 Droit public & international   |  Histoire & philosophie du droit   |  Cours   |  06/12/2012   |  fr   |   .doc   |   17 pages

«I. Définition du droit. A. Définition. B. Fondement philosophique et historique. C. Droit en général et droit public en particulier. II. Les séparations du droit. III. Les espaces de l'expression du droit public.»

«Les notions fondamentales de droit public (NFDP) est un nouveau cours qui a été initié dans le cadre de la réforme. En premier lieu, il s'agit de notions fondamentales. C'est-à-dire que ne seront abordées ici que les notions essentielles, les plus importantes. Par notion, on entend la...»

Plus vendu(s) en libertés publiques

Commentaire de l'ordonnance « Dieudonné » du Conseil d'Etat du 9 janvier 2014

 Droit public & international   |  Libertés publiques   |  Commentaire d'arrêt   |  02/12/2014   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. L'annulation de l'ordonnance suspendant l'interdiction du spectacle, en raison des risques de troubles à l'ordre public matériel. A. La procédure du référé liberté justifiée par la défense de la liberté d'expression. B. La valeur de la liberté d'expression face au risque sérieux de trouble à...»

«L'ordonnance rendue par le Conseil d'État (CE) le 9 janvier 2014 dans le cadre de la très médiatisée affaire Dieudonné, a fait l'objet de nombreuses critiques juridiques, pour beaucoup négatives. Jean-Marc Sauvé, vice-président du CE, y a répondu en déclarant que dans cette affaire, le juge « s'est...»

Arrêt Koen du 14 avril 1995

 Droit public & international   |  Libertés publiques   |  Commentaire d'arrêt   |  17/07/2011   |  fr   |   .odt   |   6 pages

«I- La réaffirmation de la légalité des autorisations d'absence nécessaires à l'exercice de la liberté religieuse.. A- La nécessaire soumission au règlement intérieur et le rappel des dispositions encadrant les libertés publiques en cause.. B- L'existence de dérogations à l'obligation d'assiduité en...»

«Dans cette affaire, à mettre en parallèle avec l'arrêt Consistoire Central des Israélites de France rendu le même jour par l'Assemblée du Contentieux du Conseil d'État, il est question de la conciliation de l'obligation d'assiduité avec l'exercice de la liberté religieuse et plus particulièrement...»

Catégories

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement