Plus d'infos sur l'auteur

 
Niveau
Avancé

Plus d'infos sur le doc

Date de publication
07/01/2009
Langue
français
Format
.rtf
Type
fiche
Nombre de pages
14 pages
Niveau
avancé
Téléchargé
1 fois
Validé par
le comité Dacodoc.fr
0 réaction
0
réagissez !

La finance directe : les marchés de capitaux

Document: La finance directe : les marchés de capitaux, les opérations de crédit, fiche d'économie de 9 page

Extrait: Dans le cas d'un financement externe direct, les agents économiques ayant un besoin de financement (entreprises, administrations) émettent des titres qui sont achetés par les agents à capacité de financement (ménages) désirant placer leur épargne. Ce financement est ainsi qualifié de direct dans la mesure où le titre émis, qui matérialise la dette de l'emprunteur, est directement acheté par le prêteur ;, ce dernier détenant alors un titre de créance Ce financement ne s'est donc pas effectué à l'aide d'une institution financière, celle-ci ayant tout au plus facilité la transmission du titre.

Plan:
I- LE MARCHE MONETAIRE
II- LE MARCHE FINANCIER

[...] La différence entre le prix de remboursement et le prix d’émission est appelé prime de remboursement. Le remboursement des obligations, ou amortissement de l’emprunt, peut s’effectuer en totalité au terme convenu ou par amortissement annuel. La dématérialisation des titres supprime, pour les nouvelles émissions, l’amortissement par tirage au sort de numéros ; cet amortissement peut être effectué suivant un système de répartition proportionnelle. Les sociétés émettrices peuvent procéder au rachat en bourse de leurs propres obligations. Ces rachats sont avantageux lorsque le cours des titres en bourse est inférieur au prix de remboursement. [...]


[...] Ces nouveaux produits financiers ou nouveaux produits d’épargne, sont variés et complexes et réalisent parfois un véritable croisement des deux types classiques de valeurs mobilières que sont l’action et l’obligation. Ø Actions à dividende prioritaire sans droit de vote Ø Certificats d’investissement Obligations de type nouveau ’’ ’ ’’ ’ ’’ ’ ’ ’’’ ’’ ’ ’ ’’’ ’ ’’ ’’’’’’’’ ’ ’’ ’’’’’’’’ Obligations émises par l’Etat : Ø Obligations renouvelables du Trésor (ORT) : ces obligations sont créés par séries successives. Les intérêts ne sont pas payables annuellement mais capitalisés. Les titulaires de ces titres peuvent les échanger à mi-durée contre des obligations émises à cette date. [...]


[...] Les titres sont émis sur le marché financier (actions, obligations) ou sur le marché monétaire (billets de trésorerie). Les titres doivent satisfaire à la fois l’exigence des émetteurs (notamment au niveau du montant, de la durée et de la rémunération) en fonction des opérations à fiancer et celle de souscripteurs, ceux-ci désirant effectuer un placement réalisant certaines conditions ( par exemple au niveau de la rémunération, de la sécurité ou de la liquidité). Les titres émis apparaissant cependant, parfois, comme des actifs financiers insuffisamment liquides (difficulté pour le titre d’être transformé rapidement et sans perte en capital en moyen de paiement, coût non négligeable d’une telle transformation), les agents disposant d’une capacité de financement préfèrent parfois se tourner ver un intermédiaire financier dans le cadre d’un financement indirect. [...]


[...] Le circuit spécialisé sur lequel s’opèrent les transactions de capitaux à long terme constitue le marché financier. L’émission de valeurs mobilières : actions et obligations, titres négociables représentatifs de capitaux à long terme, est un moyen privilégié pour les collectivités privées ou publiques de se procurer les ressources durables dont elles ont besoin pour leur développement tout en assurant la liquidité des placements effectués par ceux qui leur apportent ces ressources. Le marché financier a connu au cours des dernières années un développement particulièrement important. [...]


[...] Ils ne sont responsables du passif social que jusqu’à concurrence de leur apport. Les actionnaires ont le droit de percevoir, sous forme de dividendes, une partie des bénéfices réalisés par la société. Comme ceux-ci varient d’une année à l’autre, les actions sont qualifiées de valeurs à revenu variable. Les actionnaires peuvent en principe librement négocier leurs titres, en cas d’augmentation de capital, ils disposent d’un droit préférentiel de souscription négociable. A la dissolution de la société, après désintéressement des créanciers, ils ont un droit sur une quote-part de l’actif social. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Le financement de l'économie - de l'endettement au financement direct

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Cours   |  30/01/2012   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Le passage d'une économie d'endettement à une économie de financement direct.. A) Historique.. B) Bilan de la rupture des années 1980.. II. La finance en question.. A) La finance mise en accusation ?. B) L'efficience des marchés financiers..»

«Economie d'endettement : système financier où prédomine la finance indirecte par le crédit bancaire. Il est le principal mode de financement de l'activité productive. Economie de financement direct ou de marché : système financier où les agents économiques se financent en émettant des titres...»

Le financement de l'économie : le crédit

 Comptabilité & finances   |  Finance   |  Fiche   |  24/08/2012   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Evolution du financement de l'économie. A. La problématique du financement de l'économie et son évolution. B. Désintermédiation et nouvelle intermédiation financière. II. Le financement par les marchés de capitaux. A. L'organisation du financement par les marchés. B. Les conséquences du...»

«Le financement monétaire correspond à la création monétaire et le financement non monétaire utilise les capacités de financement existantes. La finance directe se fait par émission de titres sur les marchés de capitaux et l'intermédiation financière fait intervenir les banques et autres...»

Plus vendu(s) en économie générale

Gestion du risque de crédit bancaire- Cas Banque Populaire au Maroc

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Étude de cas   |  28/04/2011   |  fr   |   .doc   |   32 pages

«I) Le secteur bancaire marocain. A. Présentation du Crédit Banque populaire. B. Présentation de la Banque Populaire Régionale. II) Généralités sur le crédit. A. Les différents types de crédit bancaire. B. Les risques de crédit bancaire. III) La gestion du risque de crédit bancaire au sein de la...»

«Tout crédit est une anticipation de recettes futures. Tout crédit comporte le risque que ces recettes ne se produisent pas et qu'aucun remboursement ou bien seulement un remboursement partiel n'ait lieu à l'échéance. Ce risque appelé risque d'insolvabilité est essentiel dans l'activité de la banque...»

La concurrence est-elle une nécessité ?

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Fiche   |  07/11/2013   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Certes la concurrence est une nécessité. A. La concurrence partie prenante du marché. B. La concurrence joue un rôle essentiel dans le progrès technique. II. Mais elle doit être accompagnée et ne doit pas dominée. A. Le rôle des institutions. B. Le monopole toujours d'actualité ?.»

«La concurrence en économie serait selon les mots de Fichte, la « guerre des acheteurs et des vendeurs ». Force est de reconnaître que la concurrence au sens large, « cette guerre », est inhérente à nos mentalités, Darwin l'exploite à travers sa théorie de l'évolution des espèces : la concurrence...»

Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire