Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
droit...
Ecole, université
Assas

Informations sur le doc

Date de publication
11/03/2011
Date de mise à jour
11/03/2011
Langue
français
Format
pdf
Type
dissertation
Nombre de pages
6 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
5 fois
Validé par
le comité Dacodoc.fr
0 réaction
0
réagissez !

Les limites du Soft Power américain

I - Le soft power américain: Grandeur et décadence 

A) Un soft power à son apogée à la fin de la Guerre Froide (1989-2001)

B) L'unilatéralisme sous Bush ou l'ignorance du soft power (2001-2008)


II- L'inefficience du soft power dans un monde globalisé 

A) Un modèle américain contesté et en perte d'attractivité

B) Le smart power préféré au soft power sous Obama (2008-2011)

Qu'est-ce que le soft power ? Dans soft power, il y a « pouvoir », que Joseph Nye définit comme « l'habileté à influencer le comportement des autres ». Le soft power doit être distingué du hard power qui est l'utilisation des moyens traditionnels de la politique étrangère : armée, diplomatie, argent, pour obtenir un résultat. Le soft power, quant à lui, consiste à parvenir à amener les autres à partager son point de vue, par l'attraction et l'influence, et ce, sans recourir à l'argent (carotte), ni à la coercition (bâton), qui sont les attributs du hard power. L'apparition du terme intervient dans un contexte où l'hégémonie des Etats-Unis est remise en cause. Dans ce débat, Nye affirme que la puissance américaine doit être menée à travers le hard power, mais aussi d'un complément : le soft power. A partir de là, il convient de se poser les questions suivantes : - les Etats-Unis ont-ils réussi dans leur tentative d'étendre leur modèle au monde à travers l'utilisation du soft power ? - Ont-ils su en contourner les limites pour maintenir leur hégémonie ? Nous verrons comment le soft power a renforcé l'attractivité américaine jusqu'au 11 septembre 2001, moment à partir duquel il a montré ses limites (I), puis nous étudierons les conséquences de l'échec du soft power et sa tentative de contournement à travers la stratégie du smart power (II).

[...] Le soft power fut alors un substitut idéal pour parvenir à cristalliser l’aspiration universelle à adopter l’american way of life, diffusé par le cinéma hollywoodien, ainsi que les modèles politique, économique, culturel et technologique américains. L’apparition du terme intervient dans un contexte où l’hégémonie des Etats-Unis est remise en cause. Dans ce débat, Nye réfute4 la thèse du déclin de l'Amérique soutenue par Paul Kennedy5, et affirme que la puissance américaine doit être menée à travers le hard power, mais aussi d’un complément : le soft power. [...]


[...] L’unilatéralisme sous Bush ou l’absence de soft power (2001-2008) 1. Les attentats du 11 septembre produisent un nouveau paradigme pour les Etats-Unis. Touché, pour la première fois11, en plein cœur, le géant américain va perdre confiance en lui-même et se lancer furieusement dans un interventionnisme actif matérialisé par une guerre contre le terrorisme War on Terror qui ne manquera pas de faire chuter considérablement sa popularité. Plus que leurs valeurs traditionnelles d’espoir et d’optimisme, les Etats-Unis exportent alors, la peur et la colère L’attirance des Etats-Unis est considérablement affaiblie par l’absence de volonté de Bush et de Rumsfeld d’utiliser le soft power13. [...]


[...] En d’autres termes, Nathan Gardel explique que plutôt que de démontrer le pouvoir américain, la guerre contre le terrorisme a démontré ses limites En Irak et en Afghanistan, le mépris des lois élémentaires de la guerre contribue également à ternir largement l’image des Etats-Unis que la stratégie militaire du général Mc Crystal15 ne parvient pas à redorer. La prison de Guantanamo et les photos de torture et d’humiliation à la prison d’Abu Ghraib renversent l’image d’une Amérique super soft puissance, libératrice et mère des droits de l’homme. Zbigniew Brzezinski16 affirme que la légitimité américaine a été entamée par des décisions unilatérales et sa crédibilité a volé en éclats. [...]


[...] Les Etats-Unis ont-ils su contourner les limites du soft power pour maintenir leur hégémonie ? I Le soft power américain: Grandeur et décadence Un soft power à son apogée à la fin de la Guerre Froide (1989-2001) Respect du droit, multilatéralisme, promotion du modèle américain sous Bush père et Clinton Le soft power contribue à faire tomber le régime soviétique et renforce un modèle convoité L’unilatéralisme sous Bush ou l’ignorance du soft power (2001-2008) Les attentas du 11 septembre, nouveau paradigme L’unilatéralisme de la double présidence de Bush et la non utilisation du soft power ont toutefois réduit la capacité d’influence américaine II- L’inefficience du soft power dans un monde globalisé Un modèle américain contesté et en perte d’attractivité La résistance à l’universalité du modèle américain conjuguée à la nécessaire adaptation des Etats-Unis à un monde horizontal où leur suprématie est contestée a conduit à une baisse de popularité des Etats-Unis dans le monde, limitant le soft power. [...]


[...] En géo-économie, on a assisté à une évolution non prévue : le centre économique mondial s’est déplacé en Asie, tandis que la crise des grandes puissances traditionnelles a conduit à rechercher de nouveaux modèles Gardels, Nathan , The Rise an Fall of America's Soft Power, The Huffington Post mai 2005 «win hearts and minds», gagner les cœurs et les esprits des populations 16 Ancien conseiller pour la sécurité nationale du président Jimmy Carter 17 Volée de critiques contre Bush avec l'anniversaire de l'invasion de l'Irak AFP mars Alain Juillet, Conférence SKEMA-INHESJ du 21 janvier Le soft power américain se voit ainsi désormais concurrencé, voire dépassé par l’ascension de futures puissances mondiales, tels que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du sud), diffusant eux-aussi leur soft power19 et par la rapide ascension d’autres pays émergents asiatiques tels que le Vietnam et l’Indonésie. Face à cette nouvelle donne, l’élection du démocrate Barack Obama à la présidence américaine en 2008 allait donner l’espoir d’un retour en force du soft power américain. Le smart power préféré au soft power sous Obama (2008-2011) 1. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Soft power et influence politique internationale : le cas des États-Unis

 Politique & international   |  Relations internationales   |  Dissertation   |  13/02/2012   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Le soft power et le hard power complémentaires ou contradictoires?. II. Du soft power vers l'hégémonie.»

«Après la chute du Mur de Berlin en 1989 et après la fin de la guerre froide et la chute de l'URSS, surtout, en 1991, les États-Unis semblaient être la première puissance au monde côte à côte avec les deux autres puissances le Royaume-Uni et la France. Mais il faut noter que déjà après la Deuxième...»

La superpuissance américaine

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Fiche   |  29/04/2013   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. Comment se manifeste la superpuissance américaine. A. Superpuissance par capacité à attirer et séduire : « Soft power ». B. Superpuissance par capacité à peser sur l'organisation mondiale et mondialisation : « Hard power ». II. Les limites de l'hyperpuissance américaine. A. Pays dépendant. B....»

«Notion qui a évolué. . Pendant longtemps = très grands territoires, empires. . Modification durant la Guerre froide. - dissuasion militaire - bcp d'alliés, avoir influence . 1990 : mondialisation = 2 types : - « soft Power » : capacité rayonner, diffuser son modèle culturel, idéo. ...»

Plus vendu(s) en relations internationales

Les sociétés coloniales à l'âge des Empires

 Politique & international   |  Relations internationales   |  Fiche   |  21/01/2014   |  fr   |   .doc   |   41 pages

«I. D'un monde colonial à l'autre. II. Conquêtes, appropriations et résistances. III. L'argumentaire colonial et impérial au 19 et 20e siècles. IV. Les sociétés coloniales pendant les deux guerres mondiales. V. Pouvoirs et institutions. VI. Les mondes du travail. VII. Cultures coloniales. VIII. Les...»

«Les anciennes colonies constitués aux XVII et XVIII es siècle sous l'égide des compagnies de commerce demeurent dans le domaine des empires, mais connaissent d'importantes transformations. Ex : Sénégal, début d'expansion territoriale sous le gouvern de Faidherbe à partir de 1855. Ex : L'empire...»

Vers un Etat Palestinien? - volonté internationale et dégradation de la situation

 Politique & international   |  Relations internationales   |  Fiche   |  03/10/2008   |  fr   |   .doc   |   7 pages

«Document: Fiche de relations internationales, questions internationales en PREP ENA: Vers un Etat Palestinien? Extrait: La question d'un Etat palestinien occupe aujourd'hui de plus en plus l'actualité mais remonte en réalité à près d'un siècle. Le droit international en est un...»

Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !
Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire