0 réaction
0
réagissez !

Les marchés contestables - une alternative à l'approche traditionnelle de la libre concurrence

Résumé du cours

La théorie des marchés contestables à été énoncée pour la première fois dans un ouvrage de Baumol W.J., Panzar J.C. et Willig R.D. (Contestable Markets and the Theory of Industry' Structure. Harcourt Brace Jovanovitch Inc., New York, 1982). La traduction « marché disputable » est parfois aussi utilisée. Cette théorie relativise l'importance du nombre d'entreprises en concurrence. En effet, d'après le modèle néoclassique, la concurrence pure et parfaite est le moyen d'allocation des ressources le plus efficace. Cela sous-entend la présence nécessaire d'un grand nombre d'entreprises concurrentes sur le marché. une réglementation semblait donc indispensable pour garantir l'atomicité des producteurs. Mais à partir des années 60, cette réglementation soulève de nombreuses critiques, les défaillances de celle-ci semblant plus importantes que les défaillances du marché qu'elle cherche à résoudre. La théorie des marchés contestables ne contredit pas la plupart des résultats traditionnels mais propose une conception plus large et plus aboutie de la nature du processus concurrentiel.

[...] Enfin, un monopole sera protégé si la règle de l’inertie des consommateurs joue. Les consommateurs sont en effet habitués à acheter certains produits (problème de fidélité, d’attachement à la marque). Aussi, pendant un certain temps au moins, des consommateurs, en dépit des nouveaux concurrents, vont continuer à acheter le produit du monopoleur (c’est la cas par exemple des magazines spécialisés). Cela conduit les spécialistes à mettre en doute la contestabilité de marchés pourtant auparavant cités en exemple, comme le fret maritime, le transport aérien de voyageurs ou la production d’aluminium. [...]


[...] Plus le coût de sortie est faible, plus les concurrents extérieurs sont tentés par une entrée sur un marché ; plus il est élevé et moins le marché est contestable. II Les effets Si le coût de sortie d’un marché est nul ou faible, les firmes extérieures au marché ne prennent pratiquement aucun risque en tentant d’y prendre place. Dans ce cas, les entreprises présentes sur le marché doivent tenir compte, non seulement de la concurrence des autres producteurs déjà présents, mais aussi de la concurrence potentielle de toutes les firmes extérieures qui pourraient facilement entrer sur le marché. [...]


[...] Si les coûts de sortie sont nuls ou négligeables, la nouvelle entreprise peut très bien repartir dès que la réaction des firmes en place a entraîné la chute des prix et des profits : elle opère ainsi un raid sur un marché qu’elle peut quitter dès qu’il cesse d’être profitable. Dans le but d’éviter les raids de ce type, les entreprises en place peuvent être contraintes à pratiquer des prix qui dissuadent les entrées sur le marché. Au final, si le marché est parfaitement contestable, un oligopole, un monopole ou un marché de concurrence monopolistique peuvent très bien être conduits à pratiquer une tarification au coût marginal. III Les limites Cependant, on constate que certains types de marchés restent par nature difficilement contestables. [...]


[...] La théorie des marchés contestables ne contredit pas la plupart des résultats traditionnels mais propose une conception plus large et plus aboutie de la nature du processus concurrentiel. I La contestabilité Selon la théorie des marchés contestables, le degré de concurrence sur un marché ne dépend pas du nombre de firmes qui y sont réellement présentes ni de leur faible dimension par rapport à la taille du marché. En effet, même sur un marché où il y a peu de producteurs, ceux-ci peuvent être obligés de se comporter comme en situation de concurrence du seul fait de la menace potentielle représentée par l’entrée d’éventuels concurrents. [...]

...
Aperçu du cours

Ces documents peuvent vous intéresser

Economie de la concurrence - fonctionnement des marchés, sanctions, contrôles et règlementation

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Cours   |  06/12/2011   |  fr   |   .doc   |   63 pages

«CHAP 1 : Le fonctionnement du marché. CHAP 2 : La sanction des ententes. CHAP 3 : La sanction des abus de position dominante. CHAP 4 : Le contrôle des concentrations. CHAP 5 : La réglementation de certaines activités économiques.»

«Qu'est-ce que l'économie de la Concurrence ? Les systèmes économiques basés sur des marchés concurrentiels fonctionnement beaucoup mieux que n'importe quelle autre alternative (ex : Etat fixant le prix) (par exemple Bernard Salanié 2001). Chaque jour, il y a des controverses sur des questions...»

Les structures du marché

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Fiche   |  28/01/2014   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. La théorie des marchés contestables. II. Les barrières.»

«Ce sont des données qui constituent l'ossature d'un marché. Ces données sont figées à court terme (on ne peut pas les changer). Les théoriciens des deux écoles (Harvard et Chicago) ont débattu sur la caractérisation d'un marché. Tout le monde s'accorde que la concurrence doit être la base pour...»

Plus vendu(s) en économie générale

Etude de cas Arcelor - Mittal steel

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Étude de cas   |  16/09/2011   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«Production mondiale d'acier : 1,1 milliard de tonnes Croissance des pays émergents dans la production d'acier (Chine et Inde) Hausse des coûts de matières premières (coke, minerai de fer...) Marché émietté : très grand nombre de petits sidérurgistes (les gros acteurs : environ 27% de la...»

Un produit mondialisé, l'automobile

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Étude de cas   |  25/10/2013   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Un produit massifié et diffusé sur la planète. A. Un produit mondialisé. B. La montée de l'Asie est spectaculaire au cours des années 2000. C. La mondialisation automobile est encore inachevée. II. Acteurs et processus de la mondialisation automobile. A. Différentes évolutions économiques et...»

«Un usage qui s'est généralisé à la planète avec une production massive qui s'est multiplié par 7 depuis les années 60. Une production progressivement mondialisé par les marchés en Amérique du Nord d'abord, puis en Europe (années 60-70) et enfin en Asie....»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire