0 réaction
0
réagissez !

Médée, Acte V scène 2, Corneille

I. La scène 2 de l'acte II 

II. Dans ce passage, le personnage éponyme Médée est décrit comme un personnage avec énormément de pensées

III. Médée semble être seule, elle contemple la solitude qu'elle rencontrera si ses enfants vont à Jason

IV. Cet extrait montre les sacrifices que Médée fait pour se venger de Jason 
Résumé du commentaire de texte

La scène 2 de l’acte II se trouve à la fin de la tragédie de corneille et sa particularité est que le protagoniste médée s’adresse à lui-même à travers un monologue délibératif. Tout d’abord on peut relever un champ lexical se rapportant à la famille : « femme », « frère », « père », « amant », « mère », « mes enfants ».
Ces mots permettent d’amplifier l’importance du rôle de la famille pour la décision du personnage. Le lecteur ressent l’hésitation du personnage dans son choix. Non seulement grâce à la nature du passage mais aussi à sa structure.
L’utilisation des procédés interrogatifs est très présente. Dès les premières lignes, on peut relever la présence des phrases interrogatives (ligne 1 et 4).

[...] Dans ce passage, l’auteur montre la solitude de Médée mais il montre aussi le sacrifice de soi. Cet extrait montre les sacrifices que Médée fait pour se venger contre Jason ; on peut repérer le champ lexical de l’amour familial, fruits de mon amour tendresses de mère sentiments de femme ceci montre que Médée a de l’amour maternel pour ses enfants mais elle le sacrifie. Le personnage éponyme sacrifie une partie de soi pour être capable de se venger contre Jason. [...]


[...] et Est-ce pour assouvir les fureurs de mon âme ? ces questions rhétoriques montrent le dialogue que Médée entretient avec elle-même. Médée est un personnage bipolaire, elle pense a une chose Ils viennent de sa part, et ne sont plus à moi et se contredit plus tard dans le passage je vous perds, mes enfants ; mais Jason vous perdra Elle hésite entre deux passions suspendues Elle hésite entre deux solutions possibles à son problème : soit de laisser les enfants a Jason et sa compagne, soit de les tuer pour que Jason soit malheureux pour le reste de sa vie. [...]


[...] Puis, cédant tout à coup la place de ma fureur [ ] De l’amour aussitôt je passe à la colère Dans ce passage, le personnage éponyme Médée est décrit comme un personnage avec énormément de pensées. On peut relever le champ lexical de la pensée à travers ce passage : consulte pensers irrésolus éperdue demeure et délibérons Ces mots révèlent l’idée que Médée est une mère rêveuse, qui pense à beaucoup de choses notamment ses enfants. Les questions rhétoriques, Est-ce assez ma vengeance, est-ce assez de deux morts ? [...]

Plus vendu(s) en littérature

Les mouvements littéraires

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  03/07/2008   |  fr   |   .pdf   |   8 pages

«Une fiche sur les mouvements littéraires très complète.»

L'avènement des loisirs (1850-1960) - Alain Corbin

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  29/09/2008   |  fr   |   .doc   |   20 pages

«Document: Fiche de lecture de l'ouvrage de Alain Corbin: L'avènement des loisirs (1850-1960) Extrait: Début XIXe, le temps des paysans, ouvriers, est «poreux», ouvert à l'imprévu, donc relativement souple. Il est remplacé par un temps calculé, prévu, ordonné. D?où la...»

Derniers documents en littérature

Analyse d'un texte de Chateaubriand (littérature et imaginaire)

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  16/12/2014   |  fr   |   .xls   |   1 page

«I. Le lecteur projeté dans l'imaginaire exotique. II. Le tableau dépeint.»

«Le lecteur, préparé à une projection de l'esprit sur l'imaginaire exotique, va voir un échantillon de ce Nouveau-Monde, sous forme d'un tableau, appellation du narrateur de la description détaillée des choses vues....»

Littérature comparée

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  10/12/2014   |  fr   |   .doc   |   13 pages

«I. Les littératures francophones du monde arabe. II. L'esthétique de l'absurde chez Camus avec L'Etranger. III. Le mythe de Sisyphe.»

«Cette littérature est récente. En effet, on aborde un thème qui vient se greffer sur un arbre séculaire (ancien) constitué par les littératures arabes et persanes. D'ailleurs, c'est Les Milles et une nuit qui a révélé cette littérature au 18e siècle. On peut redoubler cela par un découpage...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire