0 réaction
0
réagissez !

Oraison funèbre de Madame Henriette d’Angleterre - Bossuet: “Considérez, Messieurs” jusqu’à “si littérales”

I. Une oraison funèbre exceptionnelle
A. Le talent d'orateur de Bossuet
B. Un poème en prose

II. Le sermon et sa portée
A. La fatalité de la mort, l'inconstance (thèmes baroques ?)
B. Une leçon de morale universelle
Résumé du commentaire de texte

C’est en 1670 que bossuet, célèbre évêque, délivre cette oraison funèbre en l’honneur d’henriette d’angleterre, morte subitement à l’âge de vingt-six ans, seulement dix mois après sa mère. bossuet renouvelle ce genre littéraire, qui remonte à la plus haute Antiquité, en réagissant contre sa dérive en véritable panégyrique mensonger. Ainsi, il innove le discours funéraire en y introduisant l’histoire, et donc le récit de la vie et de la mort du défunt, ainsi qu’un sermon où ce dernier sert d’exemple illustre.

[...] L’emploi d’un style très imagé et le recours à de tristes comparaisons sont également remarquables : “Madame cependant a passé du matin au soir ainsi que l’herbe des champs”. Cette métaphore est digne d’un véritable poème : coeurs enchantés de l’amour de monde”. Les modifications de rythme donnent également à ce discours une allure d’authentique poème. Le style rythmé et rapide du premier paragraphe semble traduire la volonté de fuir la mort : “Partout on entend des cris, partout on voit la douleur”. [...]


[...] Commentaire Oraison funèbre de Madame, Henriette d’Angleterre “Considérez, Messieurs” jusqu’à littérales” Bossuet Introduction : C’est en 1670 que Bossuet, célèbre évêque délivre cette oraison funèbre en l’honneur d’Henriette d’Angleterre, morte subitement à l’âge de vingt six ans, seulement dix mois après sa mère. Bossuet renouvelle ce genre littéraire, qui remonte à la plus haute Antiquité, en réagissant contre sa dérive en véritable panégyrique mensonger. Ainsi il innove le discours funéraire en y introduisant l’histoire, et donc le récit de la vie et de la mort du défunt, ainsi qu’un sermon où ce dernier sert d’exemple illustre. [...]


[...] Egalement, en grand orateur, l’évêque s’adresse directement à son auditoire : “Considérez Messieurs”, de nous ne se sentit frappé à ce coup” par un procédé qui vise à mieux l’impliquer dans sa peine. Mais c’est dans cette célèbre anaphore que l’éloquence de Bossuet est la plus explicite, la plus dramatique : “Madame se meurt, Madame est morte La beauté de ce passage est exprimée par deux cris successifs qui ne sont séparés par aucun développement, et par la succession presque instantanée de ces deux nouvelles. [...]

...
Aperçu du commentaire de texte

Plus vendu(s) en littérature

Les mouvements littéraires

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  03/07/2008   |  fr   |   .pdf   |   8 pages

«Une fiche sur les mouvements littéraires très complète.»

La raison dans l'histoire - Hegel

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  16/07/2008   |  fr   |   .doc   |   14 pages

«A sa mort, Hegel était reconnu comme le philosophe majeur de l'époque en Allemagne. Ses disciples se divisèrent rapidement en hégéliens de droite et de gauche (athéiste), où nombre d'entre eux devinrent des révolutionnaires historiquement très importants avec des figures comme Marx, Engels, Bauer,...»

Derniers documents en littérature

L'Homme prend conscience de lui-même

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  27/01/2015   |  fr   |   .doc   |   1 page

«I. Conscience. II. Réflexivité. III. Raison.»

«Conscience : faculté que possède l'esprit, permettant de se représenter les choses et les phénomènes extérieurs, comme les sensations, ou intérieur, comme les émotions. Hegel explique la chose suivante : L'Homme se définit par la conscience. Il est conscient d'être dans le monde et il est...»

L'eau et les rêves - Gaston Bachelard : Etude du personnage de La Lorelei

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Dissertation   |  27/01/2015   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. Le rapport que les deux femmes entretiennent avec la mort. II. Leur posture. III. Leur relation à l'eau, élément violent et mortuaire et pourtant libérateur.»

«Cet essai traite du rapport entre l'élément liquide, les rivières surtout, et l'imagination. Entre la psychanalyse et la philosophie, Bachelard médite sur la notion de beauté de la matière et des éléments. Après avoir traité du feu dans un précédent ouvrage, l'auteur essaye de montrer que l'eau,...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire