0 réaction
0
réagissez !

L'ordre de la loi et le commandement de l'autorité légitime

Résumé de la fiche

Document: Voici une fiche sur l'ordre de la loi et le commandement de l'autorité légitime

Extrait: Ils résultent de l'art 122-4 CP. Ce texte énonce que « n'est pas pénalement responsable, la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires ». L'alinéa 2 de cet art poursuit que « n'est pas pénalement responsable, la personne qui accomplit un acte commandé par l'autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal ».

Plan:
I. L'ordre ou l'autorisation de la loi et du règlement.
II. Le commandement de l'autorité légitime.

[...] L’ordre de la loi, l’autorisation de la loi et le commandement de l’autorité légitime. Ils résultent de l’art 122-4 CP. Ce texte énonce que n’est pas pénalement responsable, la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires L’alinéa 2 de cet art poursuit que n’est pas pénalement responsable, la personne qui accomplit un acte commandé par l’autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal L’art 122-4 opère donc une distinction entre l’ordre ou l’autorisation de la loi et le commandement de l’autorité légitime. [...]


[...] Le commandement de l’autorité légitime. Le commandement de l’autorité légitime résulte de l’art 122-4 al 2 CP. Cette circonstance constitue désormais un fait justificatif en lui même. Il n’est pas nécessaire qu’il vient s’ajouter à l’ordre ou autorisation de la loi ou du règlement, comme c’était le cas sous l’empire du CP 1810. L’art 122-4 al 2 énonce que n’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte commandé par l’autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal. [...]


[...] Cette règle se justifie assez simplement par le principe de séparation des autorités administratives et judiciaires. L’appréciation de l’autorité administrative ne peut donc pas se substituer à celle du juge. Il en va différemment que lorsque la loi érige l’absence d’autorisation administrative en élément constitutif d’une infraction. En pareil cas, la délivrance de l’autorisation administrative mais obstacle à la commission de l’infraction. Ex : conduite d’un véhicule sans permis de conduire. L’existence d’une tolérance administrative peut-elle être assimilée à l’autorisation émanant d’un règlement ? [...]


[...] Le texte peut obliger à commettre un acte constitutif d’une infraction ou simplement permettre de l’effectuer. Dans les deux cas, l’individu n’engage pas sa responsabilité pénale. Tel a été le cas jusqu’à l’abolissement de la peine de mort, du bourreau qui exécutait les peines A. Les notions d’ordre de la loi ou de règlement L’ordre de la loi. A quelles lois l’art 122-4 fait-il référence ? Il s’agit de la loi pénale. Celle-ci peut déroger à une autre loi pénale. [...]


[...] Le principe sur lequel le commandement de l’autorité légitime est un fait justificatif connait une exception. B. L’exception. L’art 122-4 CP précise que n’est pas pénalement responsable la personne qui , sauf si cet acte est manifestement illégal En réservant expressément le cas de l’ordre manifestement illégal, le nouveau CP a mis à jour une controverse délicate. Toute la difficulté est pour le subordonné d’apprécier l’illégalité manifeste du commandement. Cette appréciation dépendra de ses compétences, de son expérience, de sa place dans la hiérarchie de ses connaissances juridiques. [...]

...
Aperçu de la fiche

Ces documents peuvent vous intéresser

Séance de TD sur les causes objectives d'irresponsabilité - La légitime défense - Le commandement...

 Droit privé & contrat   |  Pénal   |  Fiche   |  04/03/2009   |  fr   |   .rtf   |   13 pages

«Document: Séance de TD de droit pénal de 12 pages sur Les causes objectives d'irresponsabilité - La légitime défense - Le commandement de l'autorité légitime Extrait: Elle a traditionnellement toujours été consacrée. Cependant, dans l'Ancien Droit, l'Eglise conseillait à...»

Cours de droit international privé: le conflits de lois

 Droit public & international   |  International   |  Cours   |  17/02/2012   |  fr   |   .docx   |   128 pages

«I. L'évolution historique des théories du conflit de lois. A. La théorie des statuts. B. L'apport de Savigny. C. L'évolution du droit international privé aux 19e et 20e siècles : universalisme et particularisme. D. Les tendances contemporaines. II. L'analyse du problème du conflit de lois. III. Les...»

«Trois des grands problèmes que le DIP veut résoudre : 1) La compétence internationale des juridictions. 2) La détermination de la loi applicable aux rapports juridiques internationaux entre personnes privées. 3) L'effet des jugements étrangers. Ce sont les trois principaux problèmes que tend...»

Plus vendu(s) en droit pénal

Commentaire d'arrêt rendu par la Chambre criminelle de la Cour de cassation le 5 octobre 2011:...

 Droit privé & contrat   |  Pénal   |  Commentaire d'arrêt   |  12/09/2012   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. L'ouverture de l'enquête de flagrance. A. L'enjeu de l'ouverture de l'enquête de flagrance. B. Les conditions de l'ouverture de l'enquête de flagrance. II. Une interprétation extensive contestable. A. Une interprétation du moment de l'ouverture d'une enquête de flagrance contestable. B. Une...»

«L'enquête préliminaire et l'enquête de flagrance bénéficient d'un régime distinct conférant différentes prérogatives et garanties des droits des intéressés. Il est donc nécessaire de les distinguer l'une de l'autre, ce à quoi contribue l'arrêt rendu par la Chambre criminelle de la Cour de cassation...»

La définition des sciences criminelles

 Droit privé & contrat   |  Pénal   |  TD   |  23/11/2012   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Les sciences interprétatives du fait délinquant. II. La matière principale des sciences criminelles interprétatives : la criminologie. A. Les approches constitutives de la criminologie. B. Les branches de la criminologie. III. Les sciences complémentaires de la criminologie. A. La pénologie. B....»

«Etablir et commenter un schéma représentant les sciences criminelles interprétatives dans leurs diverses branches. Le faire figurer en fin d'introduction. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, une nouvelle approche de la délinquance apparaît. Désormais on étudie la délinquance comme un fait...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire