0 réaction
0
réagissez !

Victor Hugo, « Le mendiant », Les Contemplations (1856)

	
  1. La peinture du réel
    1. Une scène banale
    2. Le personnage du mendiant
  2. La transfiguration du réel
    1. La première étape : une comparaison
    2. La deuxième étape : une étape
  3. Le regard du poète
    1. Regard et sentiment
    2. Le poète voyant
Résumé du commentaire de texte

« Le mendiant » est un poème tiré du recueil les contemplations, écrit par victor hugo, auteur romantique du XIXe siècle. Durant toute sa vie, victor hugo a pratiqué une charité active : distribution régulière d’une partie de ses revenus aux pauvres, organisation de repas hebdomadaires pour les enfants pauvres de Guernesey, secours aux prisonniers, etc.

Il n’est donc pas étonnant que l’auteur des Misérables intitule une pièce des contemplations « Le mendiant ». Dans ce poème peuvent se lire successivement l’observation d’une réalité banale et une transfiguration du réel opérée par le regard du poète. Il convient d’appréhender ces trois axes d’analyse afin de comprendre en quoi le regard du poète opère la transfiguration d’une réalité prosaïque.

[...] Les indications de lieu et de temps servent à préciser les circonstances de l’action : le givre et le vent (vers grelottait de froid (vers 14) situent la scène en hiver ; le lieu de l’action est la maison du poète : il s’arrêta devant / Ma porte Le poète décrit ensuite les vêtements du pauvre, signes visibles de sa misère : un haillon désolé percé de mille trous et, détail plus sordide encore, tout mangé des vers Ce dénuement matériel est aggravé par les intempéries, car ce manteau d’où ruisselait la pluie ne protège évidemment plus contre le froid. b. Le personnage du mendiant Les personnages ne sont pas traités de la même façon. Jugeant inutile de faire son propre portrait, le poète se contente de noter, dans un style très prosaïque, les gestes d’accueil et les paroles destinées à inspirer la confiance. [...]


[...] L’art consiste donc à passer de la réalité à la vision surnaturelle. Seule la sensibilité du poète rend ce passage possible Le regard du poète a. Regard et sentiment Chaque donnée du texte mêle réalisme et merveilleux : le dialogue, le paysage, le geste du mendiant, l’ouverture finale. La sympathie pour le mendiant ne suffit évidemment pas. C’est parce que le poète voit au-delà des apparences qu’il note une métamorphose que le commun des mortels ne remarquerait pas. Le poète est en quelque sorte un voyant. [...]


[...] Mais ce n’est qu’au vers 6 que nous apprenons qu’à la misère s’ajoute le poids de l’âge : le vieux Le poète révèle enfin les préoccupations du pauvre : Tendant les mains pour l’homme et les joignant pour Dieu Par la symétrie des deux hémistiches et par l’alliance du concret (la main tendue pour demander l’aumône) et de l’abstrait (la prière qui s’élève vers Dieu), Victor Hugo élabore un de ces zeugmas qui établissent un parallèle entre le moral et le physique comme dans le vers célèbre de Booz endormi où le héros est vêtu de probité candide et de lin blanc Le poète a donc retardé jusqu’au vers 9 la révélation de la vraie condition du pauvre. C’est un mendiant et un moine, ce que confirme le mot bure du vers 26, un moine mendiant, voué à la contemplation. Il rejette la compagnie des hommes solitaire et l’action, il vit dans le rêve. En contrepartie, il accepte le dénuement. Il réalise ainsi l’idéal chrétien des ordres mendiants. [...]


[...] Pour Victor Hugo, c’est par le sentiment que l’homme peut voir au-delà du réel. La réalité est transformée en vision par la vertu du sentiment. b. Le poète voyant D’abord, dans la réalité le poète voit des symboles. Il donne une valeur symbolique au geste du mendiant, qui tend humblement la main pour demander charité, il fait de lui un être proche de Dieu. De plus, le dialogue avec le poète se réduit rapidement à un monologue. Les paroles du poète deviennent machinales, puis font place au silence. [...]

Ces documents peuvent vous intéresser

Cours d'histoire des idées politiques

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Cours   |  17/10/2011   |  fr   |   .doc   |   50 pages

«I. LES SOURCES DES IDEES POLITIQUES. II. LES IDEES REVOLUTIONNAIRES. III. L'HISTOIRE DES IDEES POLITIQUES.»

«Comment définir les concepts qui de façon concurrentiel ou complémentaire structuraient transversalement cette discipline ? Il s'agit des mots : HISTOIRE, IDEES POLITIQUES, DOCTRINE POLITIQUE, IDEOLOGIE POLITIQUE, PHILOSOPHIE POLITIQUE, PENSEE POLITIQUE, THEORIE POLITIQUE, ANTHROPLOGIE...»

Histoire des institutions publiques

 Droit public & international   |  Histoire & philosophie du droit   |  Cours   |  08/02/2013   |  fr   |   .doc   |   51 pages

«I. La maitrise d'un espace national. A. La décentralisation administrative. B. La politique d'extension coloniale et l'organisation administrative des colonies. C. La naissance du droit administratif. D. La spécificité des juridictions administratives. II. La formation et le contrôle des esprits :...»

«C'est la volonté d'apporter aux collectivités un certain nombre de droits, de libertés. Ils sont principalement à l'origine de Louis Philippe c'est-à-dire de la Monarchie de Juillet, qui porte aux départements et communes un certain nombre de pouvoirs avec notamment la personnalité morale reconnue...»

Plus vendu(s) en littérature

Les mouvements littéraires

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  03/07/2008   |  fr   |   .pdf   |   8 pages

«Une fiche sur les mouvements littéraires très complète.»

L'avènement des loisirs (1850-1960) - Alain Corbin

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  29/09/2008   |  fr   |   .doc   |   20 pages

«Document: Fiche de lecture de l'ouvrage de Alain Corbin: L'avènement des loisirs (1850-1960) Extrait: Début XIXe, le temps des paysans, ouvriers, est «poreux», ouvert à l'imprévu, donc relativement souple. Il est remplacé par un temps calculé, prévu, ordonné. D?où la...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire