0 réaction
0
réagissez !

Y a-t-­il moyennisation de la société française  ?  

I. La société française, à l'image des sociétés développées, connaît plusieurs phénomènes économiques et sociaux 

II. La  scolarisation massive et la forte mobilité sociale conduisent  la diffusion des normes

III.Ces inégalités économiques encore marquées infirment la thèse d'une moyennisation de la société française
Résumé de l'exposé

Au XIXème siècle, Tocqueville définit les sociétés démocratiques par la tendance à l’égalisation des conditions. Dans la société contemporaine caractérisée par une forte mobilité sociale et par la baisse des inégalités, on assiste à un brouillage des frontières des classes sociales au profit de la formation d’une vaste classe moyenne qui regroupe une part toujours plus importante de la population. Toutefois, les évolutions actuelles de la société marquent la nécessité de s’interroger sur la validité de ce mouvement. Si les mutations économiques et sociales connues par la France pendant la période des Trente Glorieuses ont permis aux sociologues d’affirmer la tendance à une « moyennisation » de la société française, cette tendance semble s’être estompée depuis les années 80 avecle renouveau des inégalités économiques et sociales.

[...] Ainsi, la PCS employés connaît une forte augmentation et est désormais la plus nombreuse ( de la population active). De même, les professions intermédiaires et les cadres sont deux groupes en expansion (respectivement et de la population active en 2008). La réduction de certaines inégalités économiques et sociales participe à l’effacement de certaines spécificités socioculturelles et à l’uniformisation des modes de vie. La réduction des inégalités de revenus se traduit par une homogénéisation de la consommation des ménages aussi bien au niveau structurel qu’au niveau de l’équipement des ménages. [...]


[...] A partir du milieu des années 70, la croissance économique a connu un ralentissement et a rendu le marché de travail de plus en plus sélectif, se soldant par un retour des inégalités de revenus et face à l’emploi. La classe ouvrière représente aujourd’hui 24% de la population active suite à une forte baisse due à la délocalisation, l’essor du progrès technique et la hausse des qualifications. Son taux de chômage de la classe ouvrière est élevé avec pour les employés et pour les ouvriers. Les jeunes issus de cette classe étant moins dotés scolairement sont donc les plus affectés par le déclassement générationnel. [...]


[...] La classe moyenne gagne donc en importance mais son homogénéité sociale est très faible puisque ces deux catégories ont un niveau de vie différent. S’il y a uniformisation de la consommation de certains biens, les inégalités dans certaines pratiques culturelles persistent, surtout entre les ouvriers et professions intermédiaires et les CPIS : en 2004, la part des ouvriers étant allés au moins une fois au théâtre dans l’année est 4 fois moins élevée que celle des professions intermédiaires et 6 fois inférieure à celle des CPIS. [...]


[...] La scolarisation massive et la forte mobilité sociale conduisent à la diffusion des normes, des valeurs ainsi que des modèles de comportements qui sont souvent véhiculés par la classe moyenne. Le sociologue H. Mendras donne l’image d'une cosmographie sociale composée de constellations (constellation centrale, constellation populaire, constellation des indépendants) entre lesquelles la circulation est forte. On constate ainsi un rapprochement des modèles éducatifs et la baisse de la taille des ménages dans toutes les classes sociales qui montrent l’effacement des spécificités socioculturelles. De plus, le processus de l’urbanisation et la multiplication des lotissements conduisent à la proximité des cadres de vie des populations issues de différentes classes sociales. [...]

Plus vendu(s) en histoire contemporaine

La NEP, Nouvelle Economie Politique

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche   |  13/07/2009   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«Document: La NEP, Nouvelle Economie Politique, fiche de 7 pages issue de l'ouvrage de Berstein et Milza : Histoire du XXème siècle, Tome 1 Extrait: - décret sur la terre : partage des domaines des grands proprios par les paysans MAIS manque de moyens : faiblesse production...»

FICHE DE LECTURE : LE BONHEUR DES DAMES DE ZOLA

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche de lecture   |  18/03/2011   |  fr   |   .docx   |   6 pages

«I) "Le Bonheur des Dames" : le temple du capitalisme. A. Octave Mouret, un entrepreneur modèle ambitieux. B. Les différentes formes de la concurrence et ses conséquences. II) La séduction, le moteur du magasin. A. L'apparition du marketing. B. Une machine à séduire les femmes. III) Un témoignage de...»

«Réalisée dans le cadre d'un cours d'analyse économique et historique des sociétés contemporaines (CPGE ECE), cette fiche de lecture a pour but de dégager les aspects économiques et sociaux du Bonheur des Dames d'Emile Zola qui peuvent par la suite être réutilisés en guise d'exemple dans des devoirs...»

Derniers documents en histoire contemporaine

Par quels mécanismes les auteurs du « manifeste des 121 » tentent de renverser l'opinion public à...

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Dissertation   |  17/12/2014   |  fr   |   .doc   |   2 pages

«I. Rétablir la réalité sur le conflit. II. Un appel à la désobéissance civile.»

«L'Algérie, est en 1960 un département français au statut particulier (distinction entre résident Européen et Musulman), avec une présence française marquée d'où le déchirement provoqué par cette guerre qui dure depuis 1954. Les militaires sont pour beaucoup d'entre eux des appelés du contingent, ce...»

Faire grève dans les années 1900 - Les tisserands de Crimmitschau

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Dissertation   |  15/12/2014   |  fr   |   .doc   |   4 pages

«I. Les raisons de la colère de la « petite ville dans l'empire rouge ». II. La politisation de la grève et la formation d'une contre-culture ouvrière. III. La structuration du mouvement ouvrier qui se fait dans la lutte contre le patronat et par la grève.»

«L'une des définitions communes et partagées du mouvement ouvrier consiste à classifier cette classe autour d'un système d'organisation triptyque combinant les coopératives, la confédération syndical, et le parti. Or, pour l'ouvrier, ce mouvement se vit par l'action avec les grèves et ne ressemble...»

Catégories
Participez !
Déjà inscrit
S’inscrire